Une centaine de nouveaux Johannais reçus à l’Hôtel de Ville

Par Boris Chassagne

Plus d’une centaine de personnes en provenance de 25 pays étaient conviées jeudi dernier à une réception organisée par l’Ancre et l’Hôtel de Ville Saint-Jean-sur-Richelieu. Parmi les 116 invités, près de 80 néo-Johannais issus de l’immigration et arrivés au Québec depuis 2018. La ville de Saint-Jean et l’organisme d’accueil l’Ancre ont tenu à leur souhaiter officiellement la bienvenue. Une belle tradition. Plusieurs dignitaires étaient sur place, dont la conseillère municipale Mélanie Dufresne, le maire de Saint-Jean-sur-Richelieu Alain Laplante, le préfet suppléant de la MRC du Haut-Richelieu Patrick Bonvouloir, et le représentant du député fédéral de Saint-Jean, François Desrosiers. « C’est très important pour eux, d’une part parce que c’est une réception officielle à l’Hôtel de Ville. Ça leur permet de connaître le lieu » de nous dire la directrice de l’Ancre, Martine Groulx. Ces nouveaux citoyens johannais qui ont pu échanger avec d’autres citoyens et des élus, signer le livre d’or et faire la fête accompagnés du groupe mexicain de Manuel Escobar qui était aussi à l’horaire de ce 5 à 7.

La soirée était animée par de nombreux tirages : l’Internationale des Montgolfières a fait tirer des billets de famille, la Banque Nationale, une tablette numérique, Tremcar a remis des chandails et des casquettes. Le restaurant Bastos, le Centre de partage johannais et la Société Saint-Vincent-de-Paul ont fait plusieurs heureux avec des chèques-cadeaux.

L’Ancre a accompagné cette année un nombre record de nouveaux arrivants, nous dit Martine Groulx. Elle rapporte avoir soutenu près de 165 personnes cette année, soit deux fois plus que les deux dernières années réunies. Ces nouveaux arrivants, installés au Québec depuis peu sont maintenant, presque tous intégrés au marché du travail. Plus de 80 % d’entre eux ont déjà un boulot, précise Mme Groulx. D’autres suivent encore leurs cours de francisations ou font partie par exemple du programme de réunification familial.

L’événement a permis de briser la glace et de vaincre la naturelle timidité de ces nouveaux citoyens du Québec, venus de plusieurs continents et pays comme le Burundi, la Tunisie, la Colombie, Haïti, et le Vietnam. Et, pour les citoyens plus anciens, de faire leur connaissance et d’en apprendre plus sur le monde et les processus et réalités migratoires. « Ça nous permettait de rencontrer les gens et de les faire parler un peu » de conclure, Mme Groulx.

Facebook Comments

Post a comment