Tempête des sucres ou tempête des corneilles

On choisit l’expression qui nous plait davantage…mais comme les précédentes, la dernière tempête de l’hiver… n’en fera qu’à sa tête.

Cet après-midi, au beau soleil, j’ai voulu pelleter devant chez-moi une neige qui n’avait l’air de rien ; erreur, elle cachait sournoisement une glace rebelle. J’ai abandonné ; elle finira bien par fondre.

J’ai monté la rue Saint-Jacques vent devant ! Misère ! Gel, dégel, pluie, neige, etc. Le trottoir de gauche est peu praticable ; plus ensoleillé, celui de droite a fondu. Va pour la droite. À Séminaire, pour continuer sur Saint-Jacques, il faut revenir à gauche, traverser Séminaire puis retraverser Saint-Jacques …pauv’ptits piétons ! (Inutile de risquer sa vie, on peut attendre). Bon. Au moins pour redescendre, j’avais le vent dans le dos.

Ralentissez !

Non, je ne crois pas que la Ville néglige le déneigement (ils ne font pas de miracle). Je crois que la neige, la pluie, le gel, le dégel, c’est l’enfer…en beaucoup plus froid (comme au Conseil ?). Et… remplir les trous de la chaussée l’hiver, c’est du temps perdu.

Quand mes enfants étaient petits, qu’on roulait dans la grosse neige, pour les faire patienter je racontais que quand ils seraient grands, il y aurait du chauffage sous les ponts et chaussées et que – puisqu’ils posaient la question – cette énergie proviendrait des industries…et que sous le pont Victoria, la neige fondue tomberait dans le fleuve.

…et que je ferais mettre des chenilles sous les roues de l’auto… quand ça n’avancerait pas devant, je n’aurais qu’à les descendre et go, passer par-dessus tous ces traînards !

En passant, je vous rappelle qu’il faut attendre à la mi-mars pour enlever les pneus d’hiver mais je suppose que personne n’aurait aujourd’hui une idée aussi saugrenue.

Un peu de ronron thérapie en attendant ?

Les humains captent et reçoivent des phéromones, envoyant ainsi des messages inconscients via les aisselles, le cuir chevelu, les mamelles et les organes génitaux.

Quant aux félidés, chats, panthères et léopards, leur ronronnement est aussi un langage. Il apparait dès la première tétée ; la chatte communique ainsi avec ses chatons. Sérieux. C’est ainsi que les chats ont sur l’homme des vertus thérapeutiques que n’ont pas d’autres animaux. Voilà pourquoi les Japonais ont des bars à chats (à Tokyo) pour se détendre autour d’un thé (franc succès).

Caresser un chat ralentit le rythme cardiaque, diminue l’anxiété et limite les risques de problèmes nerveux. Certains services hospitaliers n’hésitent pas à recourir à ces félins (pas les panthères ni les léopards). Contrairement à ce qu’on croit souvent, les enfants ont moins d’asthme s’il y a un chat à la maison (1982, Aaron Katcher, psychiatre). Eh ben !

Les ondes du ronronnement produisent des endorphines (antidouleur) et pas seulement pour les chats eux-mêmes ; un vétérinaire en a même fait un CD audio avec ou sans mélodie musicale associée ; on déconseille fortement de l’écouter au volant de sa voiture.

Des orthopédistes ont utilisé l’action de ces fréquences pour consolider des fractures ou soigner des arthroses persistantes avec pour résultats une accélération du processus de cicatrisation et de création de nouveaux tissus.

« Doux printemps, quand reviendras-tu ? »

À part les corneilles, les oiseaux qu’on commence à apercevoir sont un indice encourageant. Patience ! Bientôt on devra se protéger du soleil…

Facebook Comments

Post a comment