Réflexion d’un « cliss » de vieux sage

Loin de là mon intention de vous faire pleurer aujourd’hui ou de vous faire la morale. Aujourd’hui, 5 mai 2019, je suis sorti de la maison après une captivité d’environ 7 mois. Je suis allé me promener sur mon Île Ste-Thérèse, je me suis arrêté sur un terrain vague tout près de la Rivière Richelieu et je me trouvais chanceux; chanceux d’être enfin sorti, chanceux de respirer l’air pur, de voir l’eau, de voir le ciel, de sentir le vent, la chaleur du soleil, d’entendre les branches danser, les oiseaux chanter. 

Je sais, ça fait quétaine, mais l’an passé, peu de gens croyaient que j’allais survivre à un lourd problème de santé. Je sais que mes heures sont toujours comptées et je dois vous avouer que ça me fait royalement chier mais je dois en profiter et espérer d’être encore ici très longtemps. Ça m’a porté fruit d’espérer, je devrais être déjà parti depuis plus de 20 ans. Bref, ce n’est pas l’essentiel de mon message. Continuant ma balade dans le Vieux Sain-Jean, je vous regardais faire votre vie et plusieurs émotions m’ont envahi.

Je suis pourtant un gars dur, un « tough », comme on dit, l’épaule de plusieurs mais ces dernières années m’ont ramené à l’essentiel. L’essentiel, c’est là où je veux en venir. Je vous regardais faire votre vie, jeunes et moins jeunes, je vous regardais sur les terrasses, sur vos bicyclettes, à pied, en voiture et j’avais cette impression que malheureusement, nous prenons tout pour acquis. Il n’y a rien d’acquis. Personne n’est éternel et ce n’est pas tout le monde qui peut faire ce que d’autres font. Je vous donne des exemples : tout à l’heure, j’ai eu envie d’aller sur une terrasse mais puisqu’il y a encore beaucoup de virus respiratoires, ça aurait été beaucoup trop dangereux pour ma vie. Supposons que j’aurais envie de m’acheter un chalet (en fait Dieu sait à quel point j’en ai envie), je ne peux pas travailler plus d’heures pour faire plus d’argent. En fait, je ne peux pas travailler vraiment non parce que je n’ai pas de compétences mais plutôt parce que ma santé est beaucoup plus précaire que bien d’autres. Mettons que ça me pique sur la tête et que je suis seul, ça fait chier là non ? Bref, ce ne sont que quelques exemples qui aujourd’hui pèsent lourd sur ma personne. Si j’ai eu envie de vous le partager, c’est pour vous dire ceci :

Ne prenez rien pour acquis. Profitez de chaque instant. Inspirez et expirez avec la conscience qu’un jour, cela s’arrêtera et jouissez de chacun de ces moments. C’est ce que j’avais envie de vous dire après ma promenade. Je sais, vous n’êtes pas habitués à ce genre de texte de ma part, habituellement je suis plus dans la politique, défense des droits des personnes en situation de handicap. Vous me connaissez comme un blogueur, un influenceur, comme un « tough » qui aime la vie. Et je l’aime toujours, sachez-le. Je me souhaite un autre 20 ans ! J’en profite pour remercier tous ceux, et ils se reconnaîtront, qui me permettent de vivre une vie décente, une vie agréable, une vie jouissive, une vie libre.

Suivez-moi sur Facebook, YouTube, Instagram, Twitter.

Facebook Comments

Post a comment