Nos jeunes, j’en suis fier !

Souvent, on parle de nos jeunes comme des fainéants, comme des enfants rois. Souvent on les regarde et on se dit : « Mon Dieu, il me semble que lorsque j’étais jeune, je bougeais beaucoup plus que ça. Il me semble que lorsque j’étais jeune, j’étais travaillant, j’étais allumé. » Aujourd’hui, on les voit assis sur leur canapé en train de « gamer » ou de texter et sans nous poser de questions on se dit : « Mon Dieu, qu’avons-nous fait ? » 

Dans les faits, nos jeunes sont plein d’imagination, d’ambition, de vitalité et d’espoir. Il suffit de les écouter, de chercher à les comprendre, de leur tendre la main. Il suffit simplement de les aimer et de croire en eux. Nous devons sans l’ombre d’un doute les encourager à se dépasser. 

Les jeunes j'en suis fiers

Nos jeunes j’en suis fière!

Parlant de jeunes qui se dépassent. Laissez-moi vous témoigner d’un vidéoclip extraordinaire que j’ai visionné récemment où l’on voit les étudiants de 4e secondaire, option danse, à l’École secondaire Marcellin-Champagnat se dépasser. Malgré le fait que je sois assis, après le visionnement de ce clip, j’ai eu envie de danser. Ils sont magnifiques ! Nous voyons là l’aboutissement d’innombrables heures de travail. Il est clair dans mon esprit que ces étudiants ont tout donné. Il est très important également pour moi de féliciter les enseignants et chorégraphes qui ont supporté ces jeunes : Mmes Marjolaine Benoîts, Marie-Hélène Labonté et Karine Lemay. Et que dire du réalisateur, M. Patrice Kenscoff !

Je vous invite fortement à visionner ce vidéoclip. Vous pouvez le voir entre autres sur la page Facebook de l’École secondaire Marcellin-Champagnat. Voici le lien direct du vidéoclip : https ://www.facebook.com/watch/ ?v=700 190‑747102962

Nous avons le choix

Nous, les adultes, avons le pouvoir. Le pouvoir de détruire ou celui de construire. Nous avons le choix, alors je vous pose cette question : Que voulons-nous ? Des enfants qui se détruisent, des jeunes qui ne s’aiment pas, sans estime d’eux-mêmes, des jeunes au bord du gouffre ou des jeunes plein d’espoir, de rêves, de projets, des jeunes qui croient en eux ? Vous me direz que la réponse est simple, mais pourtant… Si elle est si simple, comment se fait-il qu’autant de jeunes souffrent, tout près de mon domicile ? Comment se fait-il que mon épouse se voit confronter tous les jours dans l’exercice de ses fonctions à des jeunes qui veulent s’enlever la vie ? Comment se fait-il qu’elle soit confrontée à des adultes supposés protéger leurs enfants et qui les ignorent à la place ?

Le vrai mal des jeunes ne serait-ce pas nous ?

Suivez-moi sur Facebook @rguilmette, sur Twitter @R_Guilmette, sur Instagram richardguilmette et sur YouTube RichardGuilmette. N’hésitez pas à m’écrire, je suis toujours heureux de lire vos commentaires, que vous soyez d’accord ou non avec mes propos.

 

Commentaires Facebook

Rédiger un commentaire