Mesures d’atténuation du bruit à l’aéroport de Saint-Jean

La voix des résidents du secteur de l’aéroport de Saint-Jean a été entendue. Le Comité de gestion du climat sonore à l’aéroport met en place, dès cet été, des mesures de réduction des plages-horaire de vol et, par conséquent, du bruit.

Le comité de gestion du climat sonore de l’aéroport de Saint-Jean-sur-Richelieu en a fait l’annonce vendredi dernier par voie de communiqué. La ville imposera dès cet été de nouvelles mesures pour réduire des nuisances sonores dans le voisinage de ses installations aéroportuaires. Ces mesures « s’inscrivent dans le processus d’amélioration continue qui établit des balises, entre la Ville et les différents usagers et partenaires de l’aéroport, afin d’améliorer la qualité de vie des citoyens et citoyennes » nous dit Sophie Latour, Chef de Division, Développement commercial et service aux entreprises à la Ville. Les efforts déployés par le comité Vigilance Aéroport Saint-Jean semblent donc avoir, en partie, porté fruit.

Réduction des plages horaires de vols

Le Camp d’été des cadets (Vol à Voile) ne pourra pas voler après 18 h dès le vendredi et pendant toute la journée le dimanche entre le 1er juillet et le 10 août. L’Association des pilotes et propriétaires de hangars devra recadrer ses vols d’entraînement afin d’aménager elle aussi, des périodes de répit. Aucun horaire ne semble leur être imposé. Par ailleurs, les écoles de pilotage qui utilisent l’aéroport comme base d’entraînement seront régies par un protocole d’entente dans lequel, elles vont s’engager à limiter les vols d’entraînement (posés-décollés) pour la période du 1er mai au 15 octobre. Aucun vol d’entraînement ne leur sera permis après 18 h tous les jours, en semaine. Le samedi, aucun vol ne sera autorisé après 15 h et le dimanche correspondra, là aussi, à une journée de répit.

Un pas dans la bonne direction

Le Comité Vigilance Aéroport Saint-Jean siège au Comité de gestion du climat sonore avec tous les intervenants concernés comme l’Association des pilotes et propriétaires de hangars de Saint-Jean, NAV CANADA, Transports Canada, le Centre d’entraînement de vols des cadets, la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu et l’Exploitant de l’aéroport CYJN (Ville). La direction de la Santé publique y agit en tant qu’observateur. Les mesures d’atténuation imposées constituent un pas dans la bonne direction selon Raymond Boucher, porte-parole du Comité Vigilance Aéroport Saint-Jean. « Je pense qu’on va voir à l’usage cet été comment ça va s’améliorer. Est-ce qu’une journée de répit par semaine c’est suffisant ? Je pense que d’autres aménagements devront être travaillés. Je pense qu’on va voir avec les études de climat sonore et l’avis de la Santé publique qui seront déposés à l’automne. Vivons cet été et on va voir si ça va donner les résultats escomptés et si les utilisateurs vont respecter ça. On ne pourra pas faire à l’aéroport de Saint-Jean, ce qui se fait à l’aéroport de Bromont, de Drummondville ou de Shawinigan ! Les pistes sont deux fois plus proches ! » nous dit Raymond Boucher dont les suggestions sont multiples. « Nous comptons que l’impact sur l’exposition au bruit soit le guide des choix de la Ville et que ces choix soient conformes aux limites de bruit énoncées de l’OMS et des organismes indépendants », dit-il.

Prochaines étapes

Le Comité Vigilance Aéroport Saint-Jean peut se conforter du fait que d’autres mesures d’atténuation des nuisances sonores pourraient être imposées dans un proche avenir explique Sophie Latour. « Le comité de gestion du climat sonore de l’aéroport se penche sur la question du climat sonore depuis 2018 et souhaite implanter des changements structurants pérennes. C’est le comité [de gestion du climat sonore] qui a mis en place l’an dernier le formulaire de plaintes en ligne pour être en mesure de mieux cibler les problématiques, pour mieux comprendre le contexte. Le comité de gestion de bruit va vraiment déposer un plan d’action [triennal] avec des mesures concrètes » lesquelles seront déposées au conseil municipal et présentées à la population pour discussions à l’hiver 2020 précise Mme Latour. Les résultats d’une étude sur le climat sonore lancée en juin 2018 en feront partie.

Commentaires Facebook

Rédiger un commentaire