Message sans tabou aux adolescents

Les adolescents, comme jamais auparavant, sont bombardés de messages qui influencent leur esprit et façonnent leur identité. Sans parler de la technologie constante et de la présence Internet dans leurs vies de Facebook,Instagram, Twitter et mySpace, pour ne citer que quelques-uns.

La pièce a été écrite par le juge Philip B. Gilliam de Denver, Co. Un peu de recherche sur le juge Gilliam a révélé qu’il était un juge très respecté du tribunal et de la justice des mineurs de Denver de 1940 à sa mort en 1975. Vivant, il passait son temps à protéger les enfants et à veiller à ce qu’ils soient correctement traités par le système judiciaire.

Son message peut sembler dur au début, mais quand vous réfléchissez, il vient d’un gars qui a probablement tout vu. Être juge dans un tribunal pour mineurs à Denver aurait été un travail difficile. Peut-être que si davantage d’adolescents tenaient compte de ses conseils, ils éviteraient de se retrouver un jour du mauvais côté d’une salle d’audience.

La lettre du juge Gilliam était la suivante :

Lettre ouverte à un adolescent

«Nous entendons toujours le cri plaintif des adolescents. Que pouvons-nous faire ? … Où pouvons-nous aller ?

La réponse est : ALLEZ CHEZ-VOUS !

Accrochez les contre-fenêtres, peignez les boiseries. Ramassez les feuilles,  tondez la pelouse, balayez la promenade. Lavez la voiture, apprenez à cuisiner, frottez certains sols. Réparez l’évier, construisez un bateau, trouvez un travail.

Aidez le ministre, le prêtre ou le rabbin, la Croix-Rouge, l’Armée du Salut. Visitez les malades, aidez les pauvres, étudiez vos leçons. Et quand vous avez fini – et pas trop fatigué – lisez un livre.

Vos parents ne vous doivent pas de divertissement. Votre ville ou village ne vous doit pas d’installations de loisirs.

Le monde ne vous doit pas sa vie … Vous devez quelque chose au monde.

Vous devez votre temps, votre énergie et vos talents pour que personne ne soit en guerre, dans la pauvreté, malade ou à nouveau solitaire.Il faut grandir ; cesser d’être un enfant. Sortez du monde de vos rêves et développez une colonne vertébrale, pas un triangle, et commencez à agir comme un homme ou une femme.

Vous êtes censés être suffisamment mûrs pour accepter une partie de la responsabilité que vos parents portent depuis des années.

Ils ont soigné, protégé, aidé, fait appel, mendié, excusé, toléré et se sont privés du confort dont ils ont besoin pour que vous puissiez en tirer tous les avantages. Ce qu’ils ont fait avec plaisir, car vous êtes leur trésor le plus cher.

Mais maintenant, vous n’avez pas le droit de vous attendre à ce qu’ils se plient à tous les caprices et fantaisies simplement parce que l’ego égoïste plutôt que le bon sens domine votre personnalité, votre pensée et votre demande.

Au nom du ciel, grandis et rentre à la maison !»

South Bend Tribune, le dimanche 6 décembre 1959.

Il est intéressant de noter que ce message a été adressé à des adolescents. Le fait est que beaucoup d’adultes de nos jours pourraient se faire rappeler beaucoup de ses suggestions.Je souhaite à tous les nouveaux gradués un avenir radieux qui contribuera à leur épanouissement de façon saine et sereine.

Le  1er Juillet nous avons célébré  la fête du Canada. Je souhaite à tous les Canadiens du monde une belle et heureuse journée. Le Canada est un pays magnifique qui défend la paix et les droits de la personne et qui accueille tous les réfugiés à bras ouverts. Un merci spécial aux forces armées canadiennes qui sont toujours là pour aider les provinces en temps de crise.Je suis reconnaissante et fière de ce pays merveilleux et j’espère qu’il continuera d’être un chef de file dans la défense de la cause des peuples opprimés dans le monde. J’exhorte les dirigeants de ce pays à rester à l’écart de la politique étrangère des États-Unis et à ne pas suivre leurs crimes contre l’humanité partout dans le monde.

Fatina

Commentaires Facebook

Rédiger un commentaire