L’OR pour plusieurs athlètes johannais !

2 boxeurs Johannais se distinguent aux Jeux du Québec
par Roxane Tremblay

Excellente nouvelle pour le Fighter’s Pride Académie Boxing de Saint-Jean-sur-Richelieu et l’entraîneur David Gauthier qui a vu deux de ses poulains remporter des médailles aux Jeux du Québec.

En effet, après seulement un an d’entraînement, le jeune Thomas Fontaine (15 ans), a remporté la médaille d’or chez les 60 kg. De son côté, Lucas St-Martin-Trottier (14 ans) a obtenu le bronze chez les 55 kg. Si les deux Johannais se sont rendus aussi loin dans la compétition, c’est d’abord en raison « de leur détermination et de leur dévouement à l’entraînement. C’est exceptionnel d’avoir autant de discipline dans un sport à un si jeune âge », témoigne David Gauthier qui considère ces deux jeunes comme des athlètes. À ce propos, mentionnons que Thomas est un adepte d’arts martiaux, tandis que Lucas jouait au football avant de s’adonner à la boxe qu’il pratique depuis seulement 4 mois!

« Nous avons eu de bons commentaires sur leur technique. » poursuit-il. Même si ces adolescents en sont encore au premier niveau d’apprentissage, l’entraîneur perçoit déjà un bon potentiel de développement pour l’avenir. « Ils sont très prometteurs! », affirme M. Gauthier.

 

 

Océana sous les feux des projecteurs
par Boris Chassagne

 

Océana Ouellette fait du patinage artistique depuis qu’elle a l’âge trois ans. Elle découvre sa version synchronisée quatre ans plus tard. Aujourd’hui, Océana Ouellette fait partie de l’équipe de patinage synchronisé des Nova Novice, une équipe gagnante qui ne cesse d’accumuler les médailles.

 

Potion magique

Océana Ouellette est tombée dedans quand elle était toute petite, elle qui sillonne les patinoires depuis ses trois pommes. « J’ai plus accroché sur le synchro que sur le solo » nous dit Océana qui vient de compléter sa saison de compétition avec les Nova Novice de patinage synchronisé.

 

« Les championnats canadiens s’est vraiment « hot ». C’est sûr qu’on est championnes du Québec et du Canada! » Océana.

 

Une équipe gagnante et championne!

L’équipe de compétition est constituée de 16 membres. Cette année, l’équipe Nova Novice a récolté une fiche parfaite en arrivant première dans les quatre compétitions inscrites au calendrier. En décembre 2018, le Nova Novice remporte Invitation Syncro Nova St-Hubert, l’une des plus importantes compétitions à se dérouler au Québec et à laquelle prennent part plus de 1 000 patineurs du Québec, de l’Ontario et des États-Unis. Puis, premier prix début janvier à la Synchro Series du Winterfest de Brampton en Ontario. L’Équipe décroche il y a près d’un mois encore une autre première place aux Championnats régionaux de patinage synchronisé à Sherbrooke. Et finalement, les Nova Novice décrochent l’or aux Championnats canadiens qui se sont tenus les 23 et 24 février à Waterloo en Ontario!

 

Faut pas avoir froid aux yeux

Quand on est sur la glace, il ne faut pas avoir froid aux yeux. Tout est calculé au quart de tour au patinage synchronisé et une erreur peut emporter tout le monde et faire très mal. D’ailleurs, on montre aux patineuses comment ne pas compromettre toute l’équipe pendant une chute par exemple. « On pratique beaucoup chaque semaine pour faire en sorte que tout soit parfait. Et on le fait aussi hors glace. Il faut compter entre 10 et 15 heures d’entraînement par semaine. », nous dit Océana. En plus de l’école… « Des fois, il arrive des petits accidents sur la glace, surtout au début. Ça peut être dangereux, mais on fait tout pour que ça n’arrive pas souvent ». Et les parents font évidemment partie du parcours et de la solution, car il y a du territoire à couvrir pour avoir sa glace à Boucherville, Saint-Constant, Longueuil, Sainte-Julie, Châteauguay ou ailleurs sur la Rive-Sud et pas mal de sous à débourser.

 

Et une chorégraphie n’attend pas l’autre. Les auditions en patinage synchronisé débutent au printemps, les équipes ont congé en juillet puis, au mois d’août, elles développent ensemble leur chorégraphie. De septembre à février, vient le temps de parfaire sa technique puis, entraînement sur entraînement juste à temps pour les compétitions qui débutent en décembre pour prendre fin en février. Et il y a des spectacles après!

 

« Il faut vraiment que tu te donnes parce que tout le monde

compte sur toi ». Océana Ouellette.

 

Y aller comme on le sent

La saison vient de clore, mais Océana n’a qu’une idée en tête ; l’équipe Nova Junior de patinage synchronisé. De toute manière, elle sera trop vieille à15 ans pour rester chez les novices, « même si les coachs tentent de garder les filles le plus longtemps possible dans leurs équipes pour qu’elles soient plus fortes » nous dit Océana. « Je veux faire le junior l’année prochaine, encore là, faut que je sois prise dans l’équipe. Je vais vraiment y aller comment je « feel ». Je ne me dis pas que je vais me rendre aux mondiaux en sénior, parce que je ne sais pas si je vais l’atteindre. Puis avec l’école, le secondaire 4 et 5, c’est deux grosses années et le junior, ça prend aussi beaucoup de temps parce tu fais des compétitions à l’international. Cette année, les Nova Junior et Sénior sont allées en Autriche à la Mozart Cup. Puis monétairement, ça coûte cher » nous dit Océana, pragmatique. Car pour le Novice il faut compter bien au-delà des 7 000 $ par saison et 10 000 $ pour le junior.

 

Océana s’entend bien avec ses entraîneuses, les sœurs Stéphanie et Caroline Savoie qui ont elles aussi longtemps fait du patinage synchronisé et l’une comme championne mondiale sénior. « Elles sont là pour nous pousser parce qu’elles savent qu’on est capables. Tu leur poses des questions et elles vont t’aider. Elles sont là pour que tu te sentes à l’aise, mais en même temps, il faut vraiment que tu te donnes parce que tout le monde compte sur toi. »

 

Voir plus loin que les études secondaires

Des projets d’avenir, Océana en a déjà et plusieurs. Finir ses études bien sûr et faire peut-être dit-elle, l’architecture ou le design plus tard pour travailler qui sait, avec son père, qui œuvre dans le secteur de la construction. « Puis je vais aller au cégep et peut-être à l’université si je continue en architecture ».

 

« Le patinage synchronisé, c’est vraiment un beau sport. On ne comprend pas trop pourquoi il n’est pas aux Olympiques. Pourtant, on a la nage synchronisée… » Anabel Rivard.

 

Sa gérante Anabel Rivard est très heureuse de travailler avec elles. « Cette année, c’était une équipe exceptionnelle du point de vue de l’esprit d’équipe. Elles étaient très unies, beaucoup de respect, elles ont travaillé fort. On parle de patineuses qui ont entre 11 et 15 ans et on a un garçon qui est devenu le petit frère de tout le monde ».

« C’est un sport qu’on voit très peu à la télévision et difficile à financer », regrette Anabel Rivard. Mais, « Nova travaille pour être reconnu comme un organisme jeunesse dans les différentes municipalités où les équipes patinent pour bénéficier de tarifs de glace avantageux. C’est vraiment ce qui nous coûte le plus cher » précise Anabel Rivard qui lance un appel à la compréhension aux différentes villes dont les tarifs-glaces pourraient être réduits estime-t-elle. « Les entraîneurs aussi coûtent cher. Ça n’aide pas à nous faire connaître » affirme Anabel Rivard, « Alors qu’on travaille pour que le patinage synchronisé soit reconnu et ajouté comme discipline sportive aux prochains Jeux Olympiques » poursuit-elle.

Soulignons que les compétitions auxquelles le club Nova s’inscrit sont sanctionnées par Patinage Canada et Patinage Québec. Nova s’est engagée envers ses membres à suivre les règles de ces organismes. Les équipes sont entraînées par des entraîneurs membres de Patinage Canada qui possèdent les certifications d’entraîneurs appropriés à leur catégorie.

Facebook Comments

Post a comment