Les nouvelles ne sont pas toujours bonnes

Elles sont parfois abominables.

Comme celle de l’enfant – enfin soulagée.

Jadis, ces nouvelles étaient cachées. Elles se transmettaient tout bas… à moins qu’on ne travaille aux services d’urgence.

Il m’est revenu en mémoire cette autre enfant qui couchait à l’étable pour ne pas que tout le patelin sache qu’elle souffrait de multiples handicaps… et cette autre qui tremblait en entrant chez-elle quand elle s’apercevait que son père y était… et d’autres (trop d’autres), mais je ne vais pas remuer leur doux repos, ni le vôtre. 

La misère existe

Elle est ici, là, tout autour. Des adultes vulnérables en sont aussi victimes…mais vous ne mettez pas votre nez dans les affaires des autres. 

Vous entendez parler d’alcoolisme, de drogue et de la violence qui les accompagnent. M i s è r e   s o c i a l e.

La misère des enfants vous touche davantage ; c’est bien joli les nounours mais c’est inutile quand l’enfant est mort. Il fallait ouvrir les yeux avant !

…le nid d’où proviennent ces enfants semble souvent si « détérioré » que les remèdes devraient tenir du miracle.

N’y a-t-il rien à faire ? 

Ouvrez d’abord les yeux ! 

Nous sommes tous responsables ; vous aussi. 

Intervenir est délicat et difficile ; ne tirez pas sur le messager.

Les organisations sont étranglées.

Ouvrez votre bourse ! Plus souvent qu’une fois par année.

Enfin une très bonne nouvelle en santé ! 

Il était grandement temps. 

Curieusement, c’est la semaine dernière que je vous glissais un petit peu, comme ça, à quoi ressemblait les tâches de l’infirmière et celle des médecins il y a quelques dizaines d’années (des lunes). 

Aujourd’hui, il faudrait être aveugle pour ne pas voir la dégringolade des soins, aussi bien leur accès que leur disponibilité dans un délai raisonnable. 

Et soudain, miracle !

Au ministère de la Santé, une femme – qui a été « sur le terrain », cette femme est désormais Ministre de la santé et des services sociaux. 

Madame McCann a été directrice du Centre de santé de Verdun pendant 8 ans. Elle y a priorisé la collaboration entre les médecins et les autres professionnels de la santé : infirmières praticiennes, cliniciennes, travailleurs sociaux et autres.

Elle vise l’efficacité : que chacun puisse utiliser ses compétences. Sans monopole. 

Quand il s’agit d’infirmières formées en conséquence, poser des diagnostics et enfin « débloquer le système » afin d’aller de l’avant avec les soins. 

Madame la ministre veut désengorger le système de santé, étirer les heures d’ouverture des cliniques etc. 

Elle a déjà créé une unité intensive de soins à domicile pour les personnes nécessitant des soins palliatifs etc. 

Elle prend le taureau par les cornes ! Olé !

Commentaires Facebook

Rédiger un commentaire