Les films sur les stars: réalité déformée ou fiction avec une parcelle de vérité?

 Face à la musique 

Les films sur les vedettes de musique sont un phénomène qui existe depuis la nuit des temps. La raison est bien simple ; la demande est là. Non seulement on aime la musique de nos stars, on en veut plus. Les producteurs de films ont toujours su flairer la demande et les résultats sont parfois mitigés. N’empêche, l’objectif premier est de divertir et dans la plupart des cas, c’est réussi.

Ma première introduction à ce genre de films (ou minisérie dans certains cas), était en 1985 alors qu’était diffusé à la télévision le film sur la vie de John Lennon intitulé « John and Yoko : a love story ». À l’époque, je n’avais pas encore la notion de ce qui pouvait être bon ou mauvais. Bref, moi, j’avais bien aimé le film qui se concentre sur la rencontre entre Lennon et Yoko Ono jusqu’à la mort tragique de l’ex-Beatle. Bien sûr, le film comporte quelques erreurs, mais dans l’ensemble, il résume assez bien les 14 dernières années de la vie de l’icône intemporelle.

Janvier 2001

Par la suite, en janvier 2001, j’avais suivi la minisérie sur Willie Lamothe avec l’acteur Luc Guérin. Même si Willie Lamothe ne fait pas partie de ma palette de couleurs musicales, son cheminement m’intriguait néanmoins juste assez pour regarder tous les épisodes. Je me souviens à l’époque que les critiques n’avaient pas été tendres envers la minisérie, mais pour ma part, elle avait satisfait ma curiosité. N’étant pas un fin connaisseur de l’icône du country québécois, je ne peux dire si la série était fidèle en tous points sur la vie de celui-ci.

Févirer 2003

En février 2003, les irréductibles d’Harmonium (dont je fais fièrement partie) ont eu droit à une minisérie de 4 épisodes relatant les tous débuts jusqu’à la fin du groupe. Beaucoup de gens ont sévèrement critiqué la série, mais les fans du groupe étant peu gâtés (du moins jusqu’à tout dernièrement), ils n’avaient d’autre choix que de se contenter de ce qui nous était offert. Pour ma part, j’étais anxieux de voir cette dramatique pour une seule raison ; le pourquoi du départ de Michel Normandeau. Bien que la version de la série diffère quelque peu de celle dans l’autobiographie de Serge Fiori, elle nous donne du moins une assez bonne idée de la situation.

Les dernières années

Depuis les dernières années, nous avons eu droit à quelques films qui ont fait couler beaucoup d’encre. Parmi ceux-ci, il y a le film « Bohemian Rhapsody » qui parle de la vie de Freddie Mercury, chanteur du groupe Queen. Bien que je n’ai pas eu la chance encore de le voir, il fait néanmoins partie de ma liste de films à voir, et ce, peu importe ce que les critiques aient pu penser du long-métrage. Plus près de mes goûts musicaux, il y a le film « The Dirt » une bio sur Motley Crue. Il s’agit d’une autre œuvre que je n’ai pas encore eu la chance de voir. Seule ombre au tableau ; j’ai vu un extrait de la séquence où le chanteur Vince Neil retourne dans le groupe après une absence de cinq ans dans des circonstances des plus houleuses. « The Dirt » nous présente un groupe qui est heureux d’accueillir à nouveau son chanteur original alors que dans le livre du même titre, la réalité est toute autre alors que le retour de Vince Neil s’effectue dans des circonstances encore plus tumultueuses.

Bohemian
Ailleurs

En France, le film « Cloclo », raconte l’histoire de Claude François, idole d’une génération française, décédé tragiquement en mars 1978. Encore une fois, la musique de Claude François n’est pas dans mes cordes musicales, mais qu’importe, il s’agit d’un phénomène et ce film est digne de mention. Selon les documentaires que j’ai pu voir sur le chanteur, le film comporte une erreur ; sa compagne était bien dans la salle de bain lorsque l’électrocution s’est produite alors que dans le film, celle-ci sort peu avant la tragédie.

Je dois également mentionner le film « Gerry », qui se veut une biographie sur Gerry Boulet. Bien que mes connaissances sur l’artiste soient limitées, j’avoue avoir bien aimé ce long-métrage sur une icône partie beaucoup trop tôt. Chapeau à l’acteur Mario Saint-Amand pour sa performance.

La vie d’artiste

Évidemment, il y en a plein d’autres que j’ai ici omis ; « Stoned», un film sur la vie de Brian Jones, ange déchu des Rolling Stones, mort à 27 ans ou encore le film « Ray », sur la vie de Ray Charles. Est-ce que ces films sont fidèles à 100 % à la réalité ? Dieu seul le sait, mais si on ne s’en préoccupe plus, il nous sera plus facile d’être divertis et d’en apprendre un peu sur ces artistes que nous aimons encore aujourd’hui…

Commentaires Facebook

Rédiger un commentaire