Le Haut-Richelieu lorgne le Japon !

Actualité locale


Le Consulat général du Japon à Montréal mise sur la culture et la nature pour stimuler les échanges et le tourisme entre le Japon et le Québec. Le consul Osamu Izawa invitait le 27 juin dernier, une trentaine d’intervenants du secteur du tourisme et des représentants du Haut-Richelieu à échanger sur les relations Québec-Japon.

Fraîchement arrivé en poste au Canada en octobre dernier, le nouveau Consul général du Japon à Montréal, Osamu Izawa travaille déjà au renforcement des relations entre le Québec et le Japon, Montréal et ses régions. Il est important, « d’avoir une définition plus large de ce qu’est le tourisme, pour y inclure les échanges entre les gens d’affaires, les échanges d’étudiants […] qui peuvent stimuler la notoriété d’une ville ou d’une région ». Le consul qui a aussi reçu la ministre du Tourisme Caroline Proulx, insiste sur « l’importance de bien identifier un événement phare » pour attirer les touristes japonais qui, pour l’instant, viennent surtout au changement des couleurs à l’automne. Et l’Estrie semble être une destination prisée. L’Estrie qui est aux portes du Haut-Richelieu.

(De gauche à droite) M. Chamberland maire de Saint-Valentin, le Consul général du Japon à Montréal Osamu Izawa, la sous-ministre du Tourisme Manon Boucher, la directrice du cabinet de la ministre du Tourisme Mee-Rang Ricard Brouillon et Isabelle Charlebois, directrice de Tourisme Haut-Richelieu.

(De gauche à droite) M. Chamberland maire de Saint-Valentin, le Consul général du Japon à Montréal Osamu Izawa, la sous-ministre du Tourisme Manon Boucher, la directrice du cabinet de la ministre du Tourisme Mee-Rang Ricard Brouillon et Isabelle Charlebois, directrice de Tourisme Haut-Richelieu.

Le Haut-Richelieu brille de tous ses feux

Il n’en fallait pas plus pour qu’Isabelle Charlebois de Tourisme Haut-Richelieu fasse le lien et saute sur l’occasion. Donc, Tourisme Haut-Richelieu n’a pas hésité à vanter les mérites de sa région. En conséquence, les indicateurs sont au vert. D’abord, la municipalité de Saint-Valentin dans le Haut-Richelieu est jumelée à Mimasaka au Japon. Aussi, le nouveau vol direct d’Air Canada inauguré en juin 2018 affiche une hausse de 150 % de son achalandage en moins d’un an. Enfin, la présence de plusieurs grands joueurs du tourisme nippo-québécois comme H.I.S. Canada constituait une opportunité en or. « Nous avons tout pour intéresser les Japonais, il faut simplement travailler avec les bons intervenants pour positionner le Haut-Richelieu dans un forfait Montréal-Montérégie-Haut-Richelieu », précise Mme Charlebois. À cet effet, « une tournée de familiarisation sera organisée dans les prochains mois afin de recevoir les voyagistes rencontrés et leur faire vivre l’expérience du Haut-Richelieu.» 

Tourisme Haut-Richelieu qui compte resserrer les liens qu’elle entretient avec Tourisme Montérégie. « Le consul Izawa est relativement nouveau, c’est une nouvelle énergie avec un mandat assez précis. Il y a un intérêt pour les grossistes de venir visiter la région ». Et c’est ce qu’espère, en effet, le consul du Japon : « il nous faut mobiliser les ressources régionales pour attirer les Japonais. Faire des efforts pour faire avancer la coopération dans le domaine touristique. J’ai réalisé la mise en place. C’est bien parti. Il faut faire connaître les charmes de la région aux Japonais.»

Caroline Proulx ministre du Tourisme du Québec et le Consul général du Japon à Montréal, Osamu Izawa.

Caroline Proulx ministre du Tourisme du Québec et le Consul général du Japon à Montréal, Osamu Izawa.

Saint-Valentin — Mimasaka

Le charme, c’est dans l’ADN de Saint-Valentin ! La présence de la petite municipalité de Saint-Valentin à cette table ronde Québec-Japon n’était pas anodine et a su raviver la flamme… Cette municipalité de 465 habitants est depuis 1997 jumelée à celle de Mimasaka, dans le sud-ouest du Japon. Une amitié qui se traduit chaque année lors du Festival de l’Amour de Saint-Valentin auquel les différents consuls du Japon participent invariablement. En effet, le directeur général de Saint-Valentin, Serge Gibeau est revenu ravi de cette rencontre. « Nous allons profiter de ce lien pour faire découvrir le Haut-Richelieu en valorisant notre capitale de l’amour. C’est ce qui nous démarque et on veut en profiter. Évidemment on ne vise pas à être aussi populaires que le Festival western de Saint-Tite, mais à attirer plus de monde en toutes saisons sur notre territoire. »

La table ronde avait des visées bilatérales et pour objectif de bonifier la notoriété du Québec au Japon. Par exemple, l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) signé entre les deux pays, faisant office « d’aidant naturel ». De plus, la ministre du Tourisme Caroline Proulx sera d’ailleurs en tournée officielle au Japon et en Corée du Sud entre les 1 et 10 juillet prochains. 

La petite histoire de Saint-Valentin

Serge Gibeau, directeur général, municipalité de Saint-Valentin

Serge Gibeau, directeur général, municipalité de Saint-Valentin

Quatre villes dans le monde portent officiellement le nom de la fête de l’amour : Saint-Valentin en France, une autre en Autriche, celle du Haut-Richelieu et Sakutocho au Japon, devenue Mimasaka suite à une fusion municipale. Donc, c’est là que l’amitié entre les deux pays et régions a débuté. Par exemple, plusieurs échanges d’étudiants ont été conduits, des délégations de Saint-Valentin se sont déplacées au Japon. « Les relations sont constantes, on échange beaucoup » nous dit Serge Gibeau, directeur général de Saint-Valentin.

 « Depuis longtemps, je connais le maire de Saint-Valentin, on s’entend très bien. C’était un honneur pour moi de l’accueillir » de dire Osamu Izawa consul général du Japon à Montréal. M. Izawa et les consuls qui l’ont précédé s’impliquent beaucoup dans cette opération de jumelage avec Mimasaka précise Serge Gibeau. 

« Il y a toujours eu une journée du Japon à Saint-Valentin et depuis 2016, le Conseil municipal a décrété le 11 février comme Jour du Japon dans le Festival de l’Amour à Saint-Valentin » qui se tient pendant toute une semaine chaque hiver. « Le consul général y tient toujours une activité culturelle », dit-il. Le 11 février, c’est la Fête Nationale au Japon. La ville de Saint-Valentin qui a des visées d’expansion, et qui va travailler sur un trajet d’automne et d’hiver. « C’est sûr qu’on va travailler sur un trajet d’hiver à cause du festival ». 

Commentaires Facebook

Rédiger un commentaire