La petite histoire des supports de musique

Vous le savez maintenant ; je suis un inconditionnel des supports de musique physiques ! C’est-à-dire ceux qui sont palpables comme le CD, le disque de vinyle ou encore la cassette et non les vulgaires téléchargements ou encore le streaming. Je ne dis pas que tous les supports à travers le temps ont tous été géniaux (loin de là en fait), mais reste qu’ils laissent une trace plus marquante que l’ère moderne. Mon opinion seulement j’en conviens, mais je la partage…

Depuis la nuit des temps, l’être humain aime archiver tout, y compris la musique. Le support musical ayant connu la plus grande notoriété (selon mon opinion toujours…) est le disque de vinyle. Celui-ci a d’ailleurs connu plusieurs variantes à différentes vocations. Le 78 tours est le premier format qui devient la norme au début des années 1900 et par la suite, il est graduellement remplacé par le format 33-tours qui peut contenir un plus grand nombre d’enregistrements.

Pendant près de quarante ans, le 33-tours, que l’on appelle également le disque de vinyle, sera la référence. Avec celui-ci, il y aura le 45-tours pour l’accompagner. Ce dernier ne contenait qu’une chanson sur chaque face. Le gros avantage du 45-tours était que si on aimait le succès de l’heure, sans pour autant aimer l’artiste au point de se procurer l’album régulier, il s’avérait être une excellente alternative.

Donc, entre 1950 et 1990, rien ne semblait pouvoir détrôner le classique album 33-tours. Pas même la cassette 8-track qui pourtant, pendant un certain temps du moins, a eu le potentiel de remplacer le vinyle. Mais son côté loin d’être pratico pratique n’a pas eu raison du 33-tours. Ni même la cassette 4-track, avec sa trop grande fragilité avait une durée de vie des plus limitées. Pourtant, au début des années 80, un nouveau type de support fera son apparition : le CD.

Je me souviendrai toujours d’avoir lu en 1984, un article dans une revue parlant des CD’s intitulé « Les disques de demain ». Peu de temps après, soit en 1985, une très petite section de disques compacts dans un magasin de disques commençait à faire son apparition. J’étais fasciné par ce nouveau support musical, mais en même temps, je n’étais pas prêt à changer, malgré les louanges de celui-ci disant que sa durée de vie était beaucoup plus longue que le 33-tour. De plus, les trucs de marketing ne manquaient pas lors de sorties de nouveaux albums (1 ou plusieurs chansons en prime sur la version CD). Résultat : la disparition du disque de vinyle au début des années 90.

Donc, pendant cette décennie, le CD a régné en maître, jusqu’à ce que le téléchargement fasse son apparition au tournant des années 2000. À partir de ce moment, les ventes de CD’s sont en chute libre. Ironie : le vinyle, qui était considéré comme étant chose du passé au début des années 90 fera lentement mais surement un retour sur le marché.

Aujourd’hui, les ventes des vinyles sont en train de dépasser celles du CD. Ce n’est pas peu dire. Je suis curieux de voir où nous en serons dans 5 ans en ce qui concerne les différents supports musicaux. Si même la cassette fait un également un retour, si modeste soit-il, ce ne serait pas impossible de voir même le CD effectuer un retour en force. Je ne parierais pas le contraire…

Facebook Comments

Post a comment