La femme

La Journée internationale des femmes, célébrée tous les ans le 8 mars, aura pour thème cette année « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement ».

La thématique propose de réfléchir aux moyens innovants permettant de faire progresser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, notamment dans les domaines suivants : les systèmes de protection sociale, l’accès aux services publics et la construction d’infrastructures durables.

La Journée internationale des femmes 2019 s’adressera aux grands de l’industrie, aux jeunes pousses ou « startups » qui changent la donne, aux entrepreneurs sociaux, à toutes celles et tous ceux qui militent en faveur de l’égalité des sexes ainsi qu’aux femmes innovatrices, afin d’envisager comment l’innovation peut aider à éliminer les obstacles et à accélérer le progrès vers l’égalité des sexes, encourager les investissements dans des systèmes sociaux sensibles à la dimension de genre et bâtir des services et la Journée internationale de la femme est célébrée le 8 mars de chaque année par des groupes de femmes dans le monde entier. Elle est également célébrée à l’ONU et, dans de nombreux pays, c’est un jour de fête nationale. Lorsque les femmes de tous les continents, souvent divisées par les frontières nationales et par des différences ethniques, linguistiques, culturelles, économiques et politiques, se réunissent pour célébrer leur Journée, elles peuvent voir, si elles jettent un regard en arrière, qu’il s’agit d’une tradition représentant au moins 90 ans de lutte pour l’égalité, la justice, la paix et le développement. Infrastructures adaptées aux besoins des femmes et des filles.

La discrimination et la violence à l’endroit des femmes sont bien une réalité comme en témoignent les nombreux trafics de femmes, les violences sexuelles, les mariages forcés, les bas salaires. Selon une étude, plus d’une femme sur trois a été violée ou victime d’abus sexuel ou de mauvais traitements au moins une fois durant sa vie. Le nombre de femmes victimes de violence atteint plus de 136 millions dans près de 40 pays.

On compte 40 millions de réfugiés dans le monde parmi lesquels 75 % sont des femmes ou des enfants. Cela témoigne à bien des égards de la vulnérabilité des femmes en cas de conflits.

Au plan politique et économique, cette discrimination est encore plus visible. Le chômage touche plus les femmes. Les inégalités salariales existent dans tous les pays du monde, mais la précarité et le travail non qualifié sont le fait des femmes. Il faut ajouter à cela l’inégal accès aux opportunités d’avancement et aux postes de responsabilités. Le nombre de femmes ayant à leur charge des postes de responsabilités importantes demeure insignifiant. Les postes de directions occupés par les femmes dans tous les pays du monde ne dépassent pas 2 %.

Les inégalités subsistent plus encore sur le plan politique. Moins de 5 % des chefs d’États, des PDG des plus grandes entreprises et des dirigeants d’organisations internationales sont des femmes. En Afrique, sur les 55 états qui composent le continent, seules deux femmes sont élues présentes de leur pays. Ceci est dû au fait que seuls quelques états à travers le monde ont voté et adopté des lois relatives à la parité en matière politique.

Cependant, l’apport des femmes dans la construction de la paix et dans les secteurs politique, économique et social est non négligeable. L’égalité apparait ainsi comme la base sur laquelle repose le développement durable. Dès lors, il est nécessaire pour les États du monde, de préconiser des mesures qui puissent permettre la réduction du fossé existant entre l’homme et la femme, de juguler toute forme de discrimination et de violence faite à l’encontre des femmes pour arriver à une idéale égalité à tous les niveaux.

Facebook Comments

Post a comment