Ils sont d’ici : Claude Giroux

Claude Giroux nous parle avec émotion d’une certaine soirée au Spectrum de Philadelphie. Il avait travaillé avec la grande vedette de la lutte de la célèbre association WWE, Macho Man Savage. La foule était survoltée.

Une grande vedette sauf à
St-Jean-sur-Richelieu.

On dit souvent que nul n’est prophète en son pays.

Eh bien si je vous dis que depuis près de quatre décennies, il y a un Johannais qui pratique un sport au niveau professionnel et qui a tourné dans une vingtaine de films à Los Angeles, New York, Toronto et Montréal !

Vous le replacez ? Non pas encore !

Il a fait partie de la grande organisation de la WWF à la lutte, qui est maintenant connue sous le nom de WWE. Il s’est battu dans les plus grands stades nord-américains avec les plus grands noms de ce sport. Il a tourné avec Eddie Murphy, Chuck Norris, Leslie Nielson, Géraldine Chaplin (la fille de Charlie Chaplin) et avec de nombreux comédiens québécois comme Marc Labrèche, Claude Steben, Gildor Roy, etc.

Son nom je vous le donne en mille, il s’agit de Claude Giroux, Ti-Claude, Tiger Jackson ou si vous préférez le Clown Dink !

Né à St-Philippe de La Prairie, Claude a déménagé à l’âge d’un an à St-Jean-sur-Richelieu.

Jusqu’à la lutte de WWF

Dès l’âge de 18 ans, il est attiré par le monde de la lutte. C’est alors qu’il rencontre Little Brutus, Jean-Jacques Girard de son vrai nom, qui travaille au poste de pompiers à Iberville.Girard lui dit qu’il est trop jeune pour commencer à lutter. Giroux reviendra à la charge, sans se décourager et commencera finalement à s’entraîner vers l’âge de 21 ans. Pour se renforcer et apprendre les rudiments de ce sport spectacle, Claude pratique toutes sortes d’activités dont le judo au Collège Militaire de St-Jean.

Il commence à donner quelques spectacles dans les sous-sols d’église à Montréal. De fil en aiguille, Claude Giroux fera la rencontre d’un autre grand lutteur, très connu dans les années 70, Lionel Giroux alias Little Beaver. Beaver pour les intimes voit immédiatement tout le potentiel du johannais. C’est alors qu’il lui ouvre les portes de la célèbre WWF. Après un autre entraînement intensif de plusieurs semaines, Beaver lui dit qu’il est prêt à partir pour une première tournée de 6 semaines aux États-Unis.

Après avoir lutté ici au Québec devant des foules de 5 mille personnes entre autres au Centre Paul-Sauvé, Claude Giroux fera connaissance avec des foules de 10, 20 et même 25 mille personnes.

Lorsqu’on lui demande de nous parler de son fait d’armes dans la lutte professionnelle, sans hésiter, il se rappelle d’une certaine soirée à Philadelphie. La foule est survoltée en raison de la présence en finale de Macho Man. Il est dans les années 80-90 le lutteur le plus populaire sur la planète avec un dénommé Hulk Hogan. Claude Giroux doit faire une cascade pour Macho Man. Pendant toute la soirée, Claude est caché sous le ring. Et à un certain moment, l’homme à la culotte jaune est jeté par-dessus les câbles. C’est à ce moment, lorsque la foule perd de vue le héros, que Claude sort de sa cachette. Il est habillé exactement comme Macho Man, mais, disons en version réduite. Claude monte sur le matelas et surprend l’autre lutteur. Le toit du Spectrum de Philadelphie a failli sauter ! Le combat s’est poursuivi, Claude est tombé en bas du ring, et le vrai Macho Man est revenu comme par magie !

Une star de cinéma !

Avec sa popularité grandissante de l’autre côté de la frontière, certains producteurs ont pensé faire appel à ses services pour faire du cinéma. Il a joué certains rôles, il a fait de la figuration, des cascades et du standing. Claude m’a expliqué qu’il était régulièrement engagé pour travailler sur des tournages comme enfant. Lors d’un tournage, il y a beaucoup de tests à faire pour les caméras et l’éclairage. C’est pourquoi il est régulièrement engagé pour faire ce genre de boulot puisque les enfants ne seraient pas assez patients pour faire les tests toute la journée sans bouger.

Son premier contrat, le producteur avait besoin de 7 petites personnes pour jouer dans le film La traversée du Pacific ! D’habitude, les producteurs à Montréal faisaient affaire avec le Palais des Nains. Un endroit qui regroupait des petites personnes. Claude raconte que lorsqu’on y mettait les pieds, on constatait que tout était fait à l’échelle pour les petites personnes ; les tables, les chaises les comptoirs, etc. Claude n’a jamais apprécié ce genre d’endroit parce qu’il est conscient de sa petite taille, mais n’a pas besoin de vivre différemment.

Claude Giroux a donc joué dans une vingtaine de films, dont trois, à Los Angeles. Au cours de sa carrière cinématographique, il a joué toutes sortes de personnages. Il devait enfiler des costumes et des maquillages qui prenaient des heures et des heures à confectionner.

Une de ses plus belles expériences a été de jouer dans Galidor. Il jouait le rôle d’une belle petite bibitte, un genre de gros ourson. Il devait jouer à la télévision américaine quelques saisons et terminer l’expérience avec un long métrage. C’était tourné à St-Hubert, sur la Rive-Sud de Montréal. C’était idéal. Tournage du lundi au vendredi et pas besoin de traverser les ponts. Malheureusement après la troisième saison, la station de télé a mis fin au projet !

Sa Famille

Claude Giroux, alias Tiger Jackson, a connu une belle carrière. Il a fait le tour du monde à quelques reprises, jouer avec des super vedettes dans le monde du sport et du cinéma.

Mais s’il y a eu une si belle carrière, il peut dire un gros merci à ses parents. Il dit que cela ne devait pas être évident pour eux d’élever 6 enfants, dont un qui était plus petit que les autres. Claude raconte que l’école a déjà appelé à la maison pour exiger qu’il porte une perruque en classe. Le professeur disait qu’à cause qu’il n’avait pas de cheveux et qu’il était de petite taille, cela dérangeait le reste de la classe. Il a donc dû porter une perruque dès l’âge de 11 ans… Mais sa mère lui rappelait constamment qu’il était un homme et qu’il devait foncer pour réussir dans la vie ! Et c’est exactement ce qu’il a fait et il a réussi !

Alors si jamais vous le croisez dans les rues de St-Jean-sur-Richelieu, à l’épicerie ou au centre d’achat, n’hésitez pas à l’arrêter et le saluer, il va beaucoup apprécier et vous allez constater tout comme moi qu’il est un des grands de notre ville !

Avec l’acteur américain Billy Bob Thornton : Claude Giroux a tourné au début des années 2000 un film qui a connu beaucoup de succès au box office, Bad Santa avec l’acteur Billy Bob Thornton.

Facebook Comments

Post a comment