Ils sont d’ici : André Petit

André Petit … Mon père est plus fort que le tien !

Son fils François Petit était l’organisateur de mon quartier. Plusieurs fois par semaine, il appelait tous les enfants du coin pour participer à un match de hockey balle dans la rue ou de baseball au terrain du CEGEP de St-Jean-sur-Richelieu. C’est lors d’un de ces matchs, que François m’a dit, mon père aurait pu jouer pour les Rangers de New York dans la LNH ! Puis quelques mois plus tard, sur le terrain de balle entre deux manches, il nous a lancé, mon père aurait pu jouer à New York dans le baseball majeur ! Tous les petits garçons du coin se sont regardés d’un air sceptique.

Monsieur Petit venait régulièrement nous voir nous amuser. Même qu’un été, il nous a aidés à mettre sur pied une ligue de balle molle avec des arbitres et des marqueurs. On jouait trois fois par semaine, les matchs avaient lieu en après-midi sur les terrains du CEGEP de St-Jean-sur-Richelieu. Il ne nous donnait pas de conseil, il ne faisait que nous regarder nous amuser.

C’est plusieurs années plus tard, lors d’une entrevue avec Claude Raymond que j’ai vraiment réalisé qui était vraiment André Petit. Claude m’a dit « André Petit est le meilleur athlète que j’ai connu à St-Jean. C’est lui qui m’a transformé de voltigeur à lanceur. André aurait pu jouer professionnel dans la LNH avec les Rangers à New York ou même avec les Giants de New York dans la MLB ! » Je lui ai demandé : « André Petit qui était responsable des sports et de la vie étudiante au CEGEP ? » « Oui, oui, le même André Petit. » C’est alors que j’ai commencé mes recherches pour savoir pourquoi il n’avait pas joué. Et les personnes m’ont répondu que sa mère ne voulait rien savoir qu’il s’expatrie aux États-Unis pour faire du sport, elle voulait qu’il devienne curé !

Balle-Molle dans la ligue olympique.

André Petit était un athlète complet. Il excellait aussi à la balle molle. C’est alors qu’il a eu l’idée avec son fils François de faire une équipe de jeune de 18 ans qui allait évoluer dans la ligue olympique. Pour votre information cette ligue était l’une plus grosse au Québec. Elle était formée de 32 équipes d’adultes réparties dans trois catégories, le A, le B et le C. Il nous avait inscrits dans le A. Nous étions tous des jeunes sportifs qui avaient joué au baseball, au hockey ou au football. Dirigés d’une main de maitre, sans jamais nous mettre de la pression, nous avons surpris tout le monde en terminant dans les meilleures équipes de la ligue ! Je me rappelle encore nous avions perdu en quart-finale, et le lendemain j’avais décidé avec quelques-uns de mes amis d’aller voir les demi-finales et la finale. André Petit était dans les gradins et tout le monde venait lui parler.

Sa famille

André Petit et son épouse Thérèse ont adopté 4 enfants. Deux garçons, François et Robert et deux filles, Isabelle et Pascale. Ils racontaient à mes parents que la famille était la plus belle chose de leur vie. D’ailleurs, ils racontaient que toutes les décisions se prenaient en famille. Une année, les parents désiraient aller à Cuba pour refaire le plein et profiter des plages pendant que les enfants souhaitaient aller à Walt Disney. Ils ont voté ! L’organisateur de la famille, François a convaincu son frère et ses soeurs que Disney serait beaucoup mieux. Le vote c’est terminé 4 à 2 pour les enfants.

Hockey était toute sa vie.

André Petit a également joué au hockey toute sa vie. D’ailleurs avec une équipe du CEGEP de St-Jean-sur-Richelieu, il a fait une tournée d’adieu à l’âge de 60 ans en Europe. Et croyez-moi, il n’était pas le moins bon sur la glace ! Même à 60 ans, il était très respecté par les autres joueurs. Il avait une vision du jeu exceptionnelle, il était un excellent passeur et un très bon leader.

Monsieur André Petit est décédé le 16 juin 2006 à son domicile en Floride et avec du recul et surtout avec tout ce que j’ai appris par la suite, je peux maintenant confirmer que son fils François avait raison… Son père était vraiment le plus fort aux sports !

Commentaires Facebook

Rédiger un commentaire