Frédérique Hébert, athlète de pentathlon moderne Un défi multiplié par cinq

Fraîchement revenue du Championnat canadien de pentathlon moderne (les 18 et 19 mai) à Langley située à environ une heure de Vancouver, la Johannaise Frédérique Hébert peut être fière de sa toute première performance dans une épreuve nationale, puisqu’elle a remporté une cinquième place derrière 4 athlètes seniors féminines incroyables. «C’était un honneur de partager le sport avec elles. Elles étaient plus inspirantes les unes que les autres; d’ailleurs 3 de ces 4 athlètes iront représenter le Canada lors des jeux PanAméricains en juillet prochain». a témoigné la jeune athlète de 30 ans sur Facebook.

Qu’est-ce que le pentathlon moderne?

«Le pentathlon moderne est un sport comprenant cinq disciplines sportives d’où le nom pentathlon. Les cinq disciplines sportives qui composent le pentathlon moderne sont l’escrime, la natation, l’équitation, la course et le tir au pistolet laser. Il n’y a pas si longtemps, la course et le tir au pistolet laser étaient deux épreuves distinctes du pentathlon, mais, à partir des Jeux Olympiques de 2012 à Londres, les deux épreuves sont combinées. » peut-on lire sur le site de la Fédération de Pentathlon moderne du Québec.

En participant au Championnat de Langley, l’objectif de Frédérique Hébert qui s’entraîne depuis un an seulement dans cette discipline, était surtout de «vivre l’aventure dans un contexte de compétition. Se comparer aux autres, pour pouvoir mieux progresser. Découvrir où je dois mettre mon énergie dans le futur», précise-t-elle. «Mes forces sont plutôt du côté de la course et de l’équitation. Pour une personne intense comme moi, le pentathlon est idéal car c’est une épreuve complète et polyvalente qui permet de développer d’autres habiletés». Pour la petite histoire, sachez que lors de l’épreuve d’équitation, les concurrents disposent de 20 minutes et de cinq obstacles seulement pour se familiariser avec leur monture… qu’ils ne connaissent pas! Tout un défi à surmonter qui vient pimenter la compétition.

L’importance des commanditaires et des coachs

En terminant, Frédérique tient à mentionner: «que sans l’implication et le support de mes commanditaires, je n’y serais pas arrivée. Nous avons absolument besoin de gens qui y croient.» Dans son cas, il s’agit des entreprises Valeur Média (Khaled Khalille), d’Engel & Volkërs (Félix Jasmin), du Dorchester cuisine & complicités, de Kaviar International inc. et de Kébec Électrique. Sans oublier l’équipe solide de coachs : Marc-André Paillé, La meute, entraînement plein air, Dominique Fortier, Écurie le Pensionnat, Hélène Labarbe, Club d’escrime Olympia Longueuil, Annabelle Brodeur, Patrice Q Béliveau, Crunch-St-Jean.

Au quotidien, concilier travail et entraînement intensif n’est pas évident. Par exemple, pour le pentathlon moderne de Frédérique qui est également propriétaire de Zoothérapie du Haut-Richelieu et enseignante au Cégep de Lapocatière, c’est une implication financière considérable qui a été investie lors de la dernière année. «Si on veut être bien encadrée, il faut absolument s’entourer d’une bonne équipe», mentionne Frédérique. Sans oublier, les billets d’avion lors des déplacements, les frais d’inscription aux compétitions, etc. «Saint-Jean est reconnue pour son entrepreneuriat. Si jamais il y a des gens qui veulent découvrir ce sport et avoir cette visibilité, en tant que commanditaire pour me permettre d’aller à l’international, je serais heureuse d’en discuter avec eux», dit celle qui songe déjà à sa prochaine compétition qui aura lieu en Biélorussie en juillet prochain.

Facebook Comments

Post a comment