Comment survivre aux Fêtes… et s’en trouver bien

Quand j’étais enfant, il y a bien des lunes, mon ingénieuse maman avait fabriqué une crèche à partir d’une boîte de carton enrobée de papier mâché durci à la colle faite maison, appliqué à la fourchette ; les glaçons de cire à sceller les confitures pendaient sur un fil le long du toit, etc. Notre participation était certes plus encombrante qu’utile mais… quels jolis souvenirs !

Que vous reste-t-il des souvenirs de Noël, à part l’excitante entrée du sapin dans la maison, l’agitation à la cuisine et l’odeur sublime des beignes, de la bûche et de la tourtière ?

Minuit chrétien

Inoubliable, la Messe de minuit de Saint-Alexandre avec ses chantres exceptionnels, l’agitation des servants de messe en surplis de dentelle blanche sur soutanes rouges…et le froid pour rentrer (enfin) en traîneau à clochettes dans la nuit…

Tout aussi inoubliable, des années plus tard, la messe des skieurs au chalet de ski à Sutton, sous un ciel tellement plus étoilé qu’en ville, avec les petits qui cognaient des clous dans leur habit de neige.

En rentrant, un « gâteau » étagé de sandwiches colorés, garni d’œufs, poulet, jambon et fromage à la crème, quelques petits cadeaux …et dodo les enfants !

Noël est la fête des enfants mais les parents ont bien droit à un moment de tranquille tendresse avant l’agitation du lendemain.

Où se cache aujourd’hui la joie de Noël ?

Dans la simplicité. N’inventez pas des Fêtes à tout casser. Le premier Noël se passait dans une étable.

Un jour, Yves et moi avions organisé la fête dans son atelier. Promenade en traîneau, habits de neige, mets du bon vieux temps, tables de fortune et musique d’époque. Tous s’en souviennent.

Et pourtant, je me suis donné tellement plus de mal pour plusieurs des autres !

Et le maudit magasinage ?

Commencez tôt et faites-le selon vos moyens… Le jour de la fête, vous pourrez vous asseoir tranquille avec vos invités, profiter de leur présence et vous fabriquer de jolis souvenirs. Faites-leur savoir à l’avance. Ils en seront sans doute soulagés. On se limite aux parents et aux enfants ou on pige un seul nom.

Pas de surenchère

Réfléchissez à de petits plaisirs inattendus qui mettront du soleil dans la vie de ceux que vous aimez…et dans la vôtre. Ça demande plus de réflexion et moins d’emballage qu’acheter un truc banal, mais voilà ce qui s’approche le plus de l’esprit des Fêtes.

C’est le temps de l’amour

Être isolé est toujours difficile. Quand autour de vous, couples et familles semblent rire et s’amuser, vous êtes malheureux d’une solitude qui d’habitude ne vous gêne pas. Prenez cinq minutes de ce temps qui fuit si vite pour prendre des nouvelles de ceux qui sont seuls et invitez l’un d’eux. Osez ! C’est le Temps des Fêtes !

Soyez réaliste

Oubliez les repas fastueux. Vos convives ont certes plus d’un repas des Fêtes ; inutile de les rendre malades. Ménagez-vous et ménagez-les en prévoyant un menu de plats faciles à partager et à digérer et de petites surprises. C’est moins d’ouvrage et ça coûte moins cher.

S’il est embarrassant de recevoir des cadeaux extravagants et suremballés, un petit souvenir bien pensé ainsi qu’une soirée relax autour d’une table soignée et détendue font chaud au cœur de tous ceux qu’on aime.

Avons-nous besoin d’autre chose que de douceur et de tendresse dans ce monde envahi par les drames qui bouleversent chaque jour la planète ?

Facebook Comments

Post a comment