Changement de zonage à L’Acadie : l’Équipe Alain Laplante appuiera les citoyens

Le chef de l’Équipe Alain Laplante ainsi que Julie Messier, candidate dans le district 7 lors de la dernière élection, appuieront les citoyens de l’Acadie désireux de s’opposer au projet municipal de changement de zonage sur le terrain du champ de tirs.

Rappelons que la Ville de St-Jean-sur-Richelieu, dans la foulée d’une entente qui coûtera 12 M$ aux contribuables johannais, a récemment entrepris un changement de zonage sur le terrain du champ de tirs à l’Acadie.

Ce changement vise à autoriser des activités de centre de distribution, d’entreposage, de transport de camions et des activités récréatives intérieures à proximité de résidences familiales.

Selon Alain Laplante et Julie Messier, avec son entente, la Ville règle le problème de bruit du champ de tirs mais en créera un nouveau avec l’activité de camionnage. Pour eux, il est évident qu’un centre de distribution et de l’activité de camionnage risquent de créer du bruit 24 heures par jour ce qui incommodera les citoyens limitrophes.

Julie Messier explique que le bruit aura un impact directement sur les citoyens des rues Josée, Fontaine, Chalifoux, Ruisseau des Noyers de même que tous les résidents du parc Rémillard. « Pourquoi les résidents souhaiteraient-ils changer un problème de bruit pour un autre ? De plus, qu’en sera-t-il de l’augmentation de la luminosité la nuit, de la poussière engendrée et de la vibration ressentie suite au va-et-vient des véhicules lourds? », questionne l’ex-candidate.

Dans son projet de règlement, la Ville prévoit un certain nombre de mesures afin d’atténuer le bruit. Selon Gilles Hébert et Huguette Therrien, résidents du secteur, la Ville confirme ainsi que les nouvelles activités commerciales seront dérangeantes.

« Malheureusement, les expériences récentes ne démontrent pas l’efficacité de la Ville de St-Jean-sur-Richelieu face aux différentes problématiques et face à l’application de son règlement sur le bruit », relate M. Hébert qui cite en exemple le dossier du champ de tirs et celui de l’aéroport. « Une fois le changement de zonage accepté, il n’y aura pas de retour en arrière possible », ajoute Mme Therrien.

Pour Alain Laplante, les élus municipaux doivent se mettre dans la peau des résidents. «Personnellement, si j’habitais sur la rue Fontaine, je refuserais de telles activités derrière ma résidence. Donc, si les citoyens refusent également les activités commerciales proposées, il est de mon devoir de les appuyer », explique-t-il.

Le processus de changement de zonage prévoit une consultation citoyenne le 24 avril prochain. De plus, au début du mois de mai, les citoyens qui s’opposeront au projet auront une période de 8 jours pour déposer une requête et exiger la tenue d’un référendum sur le projet.

Il est important de souligner que le changement de zonage proposé par la Ville n’est pas nécessaire à la construction du champ de tirs intérieur qui doit se faire d’ici 2020, selon l’entente signée en décembre 2016.
SOURCE : Équipe Alain Laplante

Commentaires Facebook

Rédiger un commentaire