Bilan de fin de session parlementaire avec Jean Rioux

 Actualité locale 

Jean Rioux

Le député fédéral Jean Rioux du comté de Saint-Jean achève sa session parlementaire. Ancien conseiller municipal, puis maire et député provincial d’Iberville, Jean Rioux évolue aujourd’hui dans l’arène fédérale. Il briguera un second mandat aux prochaines élections fédérales. Nous l’avons rencontré alors qu’on fermait les livres à Ottawa et qu’on déployait les chapitres des tomes suivants.

Les grands engagements tenus

Jean Rioux affirme que son gouvernement a tenu ses grandes promesses avec l’ouverture complète du pont Samuel de Champlain, sa gratuité d’accès et la prolongation de l’Autoroute A35. « On a toujours dit que ça assurait notre développement économique, de nos parcs industriels et la région ». Enfin, le député Rioux se félicite d’avoir été au cœur du retour de la formation universitaire au Collège militaire royal de Saint-Jean, en 2018, et des investissements qui s’y sont succédés. « Ça assure la pérennité du ministère de la Défense dans la région ».

L’environnement

En matière d’environnement, le gouvernement libéral fédéral a osé imposer aux provinces récalcitrantes, et qui n’y ont vu qu’un écran de fumée, son impopulaire bourse du carbone. Le PLC qui investissait au même moment 4,5 milliards dans un pipeline… « Il faut faire la transition. C’est ce que permet le pipeline; d’assurer l’économie de ces régions-là » de dire Jean Rioux. D’autant que « 500 M $ par année vont être réinvestis dans des énergies vertes » ajoute M. Rioux. Le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques du PLC renforcera possiblement l’étendue des initiatives et économies vertes.

Un hiver rude, toute la glace n’a pas fondu

Les Libéraux ont encaissé plusieurs coups cet hiver depuis l’affaire SNC-Lavalin. Même si les récents sondages d’opinion nous disent que le climat ne s’est toujours pas réchauffé, Jean Rioux affirme qu’au « Québec on a compris ce que Justin Trudeau a fait pour SNC-Lavalin : il a défendu les emplois ». Dans le Haut-Richelieu, les agriculteurs n’ont pas apprécié les privilèges perdus dans les accords Transpacifique, européens (AECG) et le nouvel ALÉNA. « On a signé trois accords […] on a un marché de 1,5 milliard de personnes. Il est clair qu’on a eu des pertes. C’est là le risque de négocier à deux » dit M. Rioux qui souligne que l’objectif de M. Trump était d’abolir toute la gestion de l’offre.

Prêt pour le combat d’idées

Alors quel bilan va défendre M. Rioux en campagne ? Il répond ceci : « Les Canadiens ont créé un million d’emplois depuis trois ans et on a sorti 825 000 personnes de la pauvreté, en imposant plus d’impôts aux 1 % des plus riches ». Le parti s’est déployé pour que « les Canadiens aient plus d’argent en poche ». Il cite à ce titre l’allocation canadienne pour enfants. « Dans le comté, c’est six millions de dollars par mois. Le supplément de revenu garanti pour les aînés augmente de 10 %. C’est comme ça qu’on a pour la première fois dans l’histoire du Canada, le plus faible seuil de pauvreté. On a lancé un programme d’infrastructures de 180 milliards dont on n’a pas vu encore vu les effets » le provincial qui aurait traîné de la patte dans sa mise en place, dit M. Rioux.

Et le Programme sur le logement abordable doit encore être ratifié avec Québec. « Les résultats sont là », assure M. Rioux qui rêve encore de voir se concrétiser son projet de Collège pour la Paix à Saint-Jean. Aux électeurs du comté tentés par l’offre de Christine Normandin, candidate du Bloc Québécois dans Saint-Jean, M. Rioux affirme : « quand on est à Ottawa, on s’arrange pour être à la table des décideurs ».

La politique dans la peau

M. Rioux aime la politique. « Je suis toujours aussi passionné ». Ce qu’il aime tant ? « D’être capable de changer son milieu. De continuer d’être au service des gens. J’ai une équipe extraordinaire. Je suis fier de ce qui a été fait dans le comté et au niveau national », conclut Jean Rioux.

Commentaires Facebook

Rédiger un commentaire