Alloprof, l’assistant virtuel qui bat des records d’assistance

 Actualité locale 

Au moment où des centaines de milliers d’élèves du primaire et du secondaire prennent la route des vacances, d’autres attendent l’heure des cours de rattrapage et la reprise des examens du ministère. 

Pour les aider à surmonter ce difficile défi estival, l’organisme Alloprof met à disposition des élèves de la province, une gamme d’outils virtuels. Et ça marche : leurs services sont utilisés 22 millions de fois pendant l’année scolaire. Dans la région du Haut-Richelieu, près de 3 800 élèves ont utilisé les services d’Alloprof entre septembre 2018 et juin 2019. Et chaque élève y est retourné une cinquantaine de fois. Cet été, près de 20 000 élèves québécois vont y faire appel entre le 15 juillet et le 1er août. Les élèves du Haut-Richelieu consulteront Alloprof, à 2 000 reprises comme ce fût aussi le cas en 2017 et 2018. 

Éviter d’être démotivés 

Alloprof soutient chaque été et depuis cinq ans des milliers d’élèves qui tentent de maintenir leur moyenne, avec une salve de cours d’appoint et la reprise de leurs examens de fin de session. L’objectif étant à tout prix d’éviter d’être recalés et d’être démotivés durant leur parcours scolaire. Pour Marc-Antoine Tanguay, porte-parole et directeur de la stratégie d’Alloprof, « soutenir ces jeunes est primordial quand on sait que les retards scolaires sont en cause dans les deux tiers des cas de décrochage scolaire. Nous les aidons à réviser toute une année en accéléré pour augmenter leurs chances de réussir », rappelle Marc-Antoine Tanguay. 

La « bolle » de suppléance 

La gratuité de ce service, disponible sur toute l’année, n’est pas étrangère à sa popularité. Son mode-conseil entièrement techno et en ligne est aussi certainement à l’image de la clientèle que l’organisme soutient. « C’est devenu un réflexe pour la majorité des élèves, pour effectuer un exercice en ligne, consulter une fiche éducative, visionner une vidéo sur une notion particulière. Quand ce n’est pas suffisant, l’élève se tourne vers des enseignants d’Alloprof avec lesquels il peut communiquer par téléphone ou texto. Et avec le service de Cyberprof en ligne, l’élève peut partager un tableau blanc interactif, sur lequel on peut coller par exemple des images et écrire en temps réel. C’est le nec plus ultra » nous dit Marc-Antoine Tanguay. 

Alloprof allie ses forces à celles déployées au cours de l’été par de nombreuses Commissions scolaires qui offrent des cours d’appoint aux élèves qui doivent reprendre les examens d’une ou plusieurs matières. Alloprof accomplit sa mission en étant « la bolle » de suppléance, la ressource à laquelle on peut faire appel de manière ponctuelle. « La moitié des 900 000 élèves de la province se tournent régulièrement vers nos services. L’autre moitié, il faut les travailler un peu […] ils en auraient quand même besoin » souligne M. Tanguay, notamment pour préparer leurs examens, consulter les répertoires de révision en ligne, les simulateurs d’examens, la bibliothèque virtuelle, les exercices ou les vidéos. « L’été c’est vraiment les grands examens du ministère, français de 2e secondaire, français 5e secondaire, en 4e secondaire mathématique, histoire, sciences. C’est souvent dans ces matières-là qu’on va offrir des cours d’été ».

L’organisme est bien enraciné dans le milieu : près de 90 % des élèves québécois du primaire et secondaire le connaissent. Et pour maintenir sa notoriété, rester à l’affût des nouvelles tendances et sonder le corps professoral, les animateurs d’Alloprof feront également cet été des visites express dans sept grandes commissions scolaires du Québec, pour leur rappeler que l’organisme est là pour les aider dans ce sprint d’études. « L’objectif d’Alloprof est de soulager les petits problèmes ponctuels. Évidemment, on peut aussi se servir d’Alloprof si on n’a rien compris durant toute l’année ! » de conclure Marc-Antoine Tanguay, d’Alloprof. 

 

Commentaires Facebook

Rédiger un commentaire