Post-mortem de l’élection municipale du 5 novembre 2017 à Saint-Jean-sur-Richelieu

Mes amis m’ont dit que je m’étais royalement trompé quant à mon pool de hockey électoral du 25 octobre dernier dans ce journal. Alain Laplante a été élu maire et non Michel Fecteau et on n’a pas atteint la parité hommes/femmes des conseillers municipaux.

Prédire est un art complexe que les gens pratiquent ouvertement lorsqu’on prédit le hockey mais beaucoup plus rarement concernant la politique municipale, surtout au niveau des conseillers municipaux.

Pourquoi Alain Laplante a-t-il gagné la mairie ? Selon moi, trois (3) facteurs, que j’ai complètement sous-estimés, expliquent sa victoire.

Le premier, l’opinion généralisée était que Michel Fecteau allait gagner haut la main. Donc, le taux de participation électorale a connu une baisse significative et plusieurs électeurs se sont dit qu’il ne valait pas la peine d’aller voter car Michel Fecteau allait sûrement être réélu maire.

Le deuxième facteur, l’organisation péquiste de Dave Turcotte. J’avais écrit qu’Alain Laplante ne pouvait pas sentir Claude Bachand car il avait jadis été son employé. Eh bien ! Dave Turcotte aussi ! Il a donc donné l’ordre à ses troupes de s’investir dans la campagne électorale ; d’autant plus, qu’il espérait avoir un maire péquiste devant lui pour la première fois ! Cela explique que certains des candidats de l’Équipe Alain Laplante ont passé à un cheveu de battre des candidats de l’Équipe Fecteau (district 5 et 7 notamment).

Le troisième facteur, Justin Bessette le « faiseur de rois ». Si l’on additionne tous les votes obtenus par Michel Fecteau et Alain Laplante dans les onze (11) districts autres que celui de Justin Bessette, on obtient 10 240 votes pour Michel Fecteau et 10 241 votes pour Alain Laplante. Donc, Alain Laplante menait par un (1) seul vote. Puis, arrivent les résultats dans le district de Justin Bessette, candidat pour l’Équipe Alain Laplante : 713 votes pour Michel Fecteau et 1 584 pour Alain Laplante, lui donnant ainsi une majorité de 872 votes sur Michel Fecteau.

Concernant la parité hommes/femmes au niveau des conseillers municipaux, le titre de ma chronique du 25 octobre dernier affirmait qu’elle était « atteignable ». Dans les faits, on est passé de quatre (4) conseillères à cinq (5). Donc, on s’est rapproché de la parité, soit six (6) conseillères. De plus, dans le district 3, Louise Lemieux, candidate indépendante, est arrivée deuxième devant le conseiller sortant. La parité, ce sera donc pour une prochaine fois.

Par contre, mon « pool » au niveau des conseillers était loin d’être un mauvais choix. Étant donné que le conseiller sortant Robert Cantin avait décidé qu’il quittait la vie politique active, j’ai prédit que dix (10) des onze (11) autres conseillers sortant seraient réélus. Le seul qui serait défait, c’était Hugues Larivière. Le 5 novembre, c’est ce qui s’est produit.

Comment les quatre (4) prochaines années se passeront-t-elles ? D’abord, il faut se rappeler qu’une ville parle par résolution. Donc, au moins sept (7) conseillers doivent voter en faveur d’une résolution pour qu’elle prenne effet. Dans le cas d’égalité (6 contre 6), le maire a un vote prépondérant, mais un maire évite de se placer trop souvent dans cette situation. La nouvelle composition du conseil municipal est : trois (3) conseillers de l’Équipe Alain Laplante, six (6) de l’Équipe Michel Fecteau et trois (3) indépendants. On voit donc que le maire Laplante sera forcé de rallier les trois (3) candidats indépendants et au moins un (1) candidat de l’Équipe Fecteau.

Le premier indice nous sera donné par la composition du comité exécutif. Le maire doit choisir quatre (4) conseillers. Ce sera sans doute deux (2) conseillers de son équipe et deux (2) indépendants.

Outre la surprise de l’élection qu’a été la mairie d’Alain Laplante, il faut noter la performance très impressionnante de Mélanie Dufresne dans le district 1 (Vieux-Iberville et Vieux-Saint-Jean). Non seulement a-t-elle obtenu la plus imposante proportion de votes des douze (12) districts, soit 79,4 % des votes (alors qu’elle n’avait recueilli que 35,94 % en 2013) ; mais son district (voir le tableau suivant) était le seul où le nombre de votes valides a augmenté entre 2013 et 2017, passant de 1408 à 1791. Il faut noter que le nombre total d’électeurs est passé de 72 113 à 74 194 entre 2013 et 2017. Félicitations à tous ceux et celles qui ont été élus le 5 novembre dernier ! N’oubliez jamais que la politique est un sport extrême ! (À suivre)

Myroslaw Smereka

Ex-maire de Saint-Jean-sur-Richelieu

Élection municipale Saint-Jean-sur-Richelieu 2017

Votes valides

Votes valides

Votes valides

District

2013

2017

∆ 2017-2013

1

1408

1 791

383

2

3343

2 958

-385

3

2903

2 732

-171

4

3062

2 699

-363

5

2511

1 813

-698

6

2918

2 381

-537

7

2739

2 508

-231

8

3296

3 078

-218

9

2705

2 209

-496

10

3443

2 753

-690

11

2572

2 177

-395

12

3464

3 351

-113

Facebook Comments

Post a comment