« Je ne sens pas que chez Complexe Sport Absolu les gens se comparent, je dirais plutôt qu’ils s’encouragent mutuellement » – Julie Binette

Quelles sont les grandes tendances de l’entraînement sportif ? Vers quoi tendent les Johannaises et Johannais ? Quelles sont les possibilités en matière d’entraînement à haute intensité ? Les réponses à ces questions, et bien d’autres informations, suivent plus bas, alors que Julie Binette, directrice, cours de groupes, du Complexe Sport Absolu se prête au jeu de l’entrevue.

Julie Binette, directrice, cours de groupes, du Complexe Sport Absolu à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Quel est votre parcours professionnel, dans les grandes lignes ?

En 2008, je suis partie travailler pour le Club Med, là où j’ai donné six cours d’aérobie par jour, et ce, six jours par semaine. Il s’agissait d’une sorte de pause que je désirais m’offrir. Tout s’est bien déroulé pendant six mois, soit jusqu’au moment où je me suis blessée. J’ai alors été rapatriée au Québec. Là, je me suis questionnée sur la suite des choses. Étant détentrice d’un baccalauréat en administration, profil marketing, j’ai été interpellée par l’offre d’emploi du Groupe Domisa qui recherchait une coordonnatrice aux activités. Ce qui me permettait de poursuivre dans le domaine qui me passionne, soit celui du sport et de l’entraînement physique. J’ai débuté avec ce poste, et de fil en aiguille, des responsabilités se sont ajoutées, notamment la gestion des cours en groupe et de la salle d’entraînement, jusqu’à ce que l’on m’offre le poste de directrice, il y a près de quatre ans.

Quelles sont les grandes tendances du monde de l’entraînement ?

De plus en plus de gens cherchent à se dépasser dans le cadre de cours et d’entraînements à haute intensité. Les tendances sont aux deux extrêmes, pourrait-on dire. D’un côté, il y le yoga, qui permet de travailler la flexibilité, le musculaire, l’attitude zen et de se ressourcer, et de l’autre, il y a l’entraînement à haute intensité qui, lui, permet au contraire de se défouler et de sortir de sa zone de confort.

L’effet d’entraînement

Des détails sur ces programmes plus
intenses ?

Ici, nous offrons le programme Endurance, qui vise autant le cardiovasculaire que le musculaire. Il existe plusieurs façons de permettre aux gens d’atteindre leur plus haut niveau, notamment le Tabata, qui exige un travail musculaire de 20 secondes pour seulement 10 secondes de récupération, et ce, pendant 4 minutes.

Quels sont les effets concrets de cette
méthode ?

Un grand essoufflement, l’impression qu’il sera impossible de terminer la séquence. Mais les directives de l’entraîneur et les encouragements des autres membres du groupe donnent la force de terminer. Seul, en salle, la motivation ne serait sans doute pas suffisante.

L’effet d’entraînement, et ce, dans tous les sens du terme… J’imagine qu’afin d’accéder à ces programmes exigeants, il convient d’être déjà en forme et de s’entraîner sur une base régulière…

Débuter ou recommencer l’entraînement physique à travers ce programme risquerait fort de générer un effet inverse. En d’autres termes, il pourrait démotiver fortement. Il est plutôt recommandé de s’intégrer à un groupe plus aisé pour ensuite migrer vers le programme Endurance. L’entraîneur est aussi en mesure d’évaluer les progrès et de suggérer des alternatives. Cela dit, la dynamique de groupe agit profondément sur la motivation. Et bien que ceux-ci risquent de se sentir courbaturés à la suite des premières séances, les effets bénéfiques, la hausse d’énergie ressentie motiveront la personne à poursuivre.

Quelles activités ont la cote à Saint-Jean-sur-Richelieu ?

Le yoga, le stretching et les programmes d’entraînement à haute intensité. Le spinning est aussi très populaire, notamment auprès des coureurs et des adeptes de triathlon, qui aiment s’entraîner ici, en groupe, plutôt que de rouler seul sur leur appareil à la maison.

Quel est le ratio hommes-femmes de votre clientèle actuellement ?

Certains cours interpellent plus de femmes, comme le yoga et le stretching, mais voient de plus en plus d’hommes rejoindre les rangs. D’autres sont pratiquement à parité, tel l’entraînement à haute intensité et la natation. Toutefois, les cours qui tournent autour de la danse continuent d’attirer plus de femmes.

Se préparer au changement

Une personne en surpoids se présente et désire retrouver un poids santé. Expliquez-nous la dynamique de prise en charge et de l’atteinte des objectifs.

Il existe un programme spécial pour cette clientèle, Mon poids, ma santé, offert en automne, en hiver et parfois même au printemps. Ce programme bénéficie aussi des conseils d’une nutritionniste et des conseils d’un entraîneur. Offert sur une période de douze semaines, il permet aux participants de développer une approche personnalisée de l’entraînement et une motivation, qui lui inculqueront les habitudes nécessaires afin de poursuivre l’entraînement au-delà de cette période.

Beaucoup de gens qui aimeraient retrouver un poids santé hésitent à se rendre dans un centre d’entraînement par peur d’être reconnu, jugé, etc. Cette peur est-elle justifiée ?

Comme Complexe Sport Absolu se présente comme un complexe familial, notre clientèle est peut-être différente de certains autres endroits. Ici, la clientèle est mixte, on retrouve des gens de toute sorte, des débutants, des réguliers, des athlètes, etc. Une personne qui ne voudrait pas se présenter en salle d’entraînement tout de suite, pourrait recevoir les conseils d’un entraîneur à domicile ou à son entreprise et débuter un programme qui, après quelques semaines, pourrait lui donner la confiance nécessaire pour venir en salle.

Un travail préparatoire, donc, plus psychologique que physique…

Exactement. Cela dit, je ne sens pas que chez Complexe Sport Absolu les gens se comparent, je dirais plutôt qu’ils s’encouragent mutuellement.

 

Des participantes au programme Mon poids, ma santé hiver 2017: (première rangée) Caroline Bernier, Nathalie Martel, Angela Chantal, Caroline Laflamme, Julie Binette (directrice), Marie-Hélène Leclerc, Sonia Vermeersch; (seconde rangée) Paul Nguyen (entraîneur), Annie Boucher, Karine Boudreau, Debby Wickens, Marie-Ève Salvail, Valérie Simard, Josée Langlois, Lise Labelle, Cynthia Côté et Sylvain Roy.

Facebook Comments

Post a comment