Mélanie Dufresne répond au Canada Français : « Je n’appuie pas le maire Fecteau »

« J’aimerais vous faire part de ma déception concernant votre article intitulé Dufresne appuie Fecteau, qui ajoute ensuite la mention « sans équivoque » ». C’est en ces termes que la conseillère municipale Mélanie Dufresne a réagi à un article du Canada Français qu’elle juge incorrect et contraire à son message.

Dans son message au média concurrent, Mélanie Dufresne, qui briguera les suffrages à titre d’indépendante en novembre prochain, écrit :

« Je suis fière des réalisations des quatre dernières années dans mon secteur, et je rends à César ce qui appartient à César. Je prône la continuité de l’effervescence de mon quartier, et je crois qu’en étant indépendante, j’ai autant de chance d’avoir des résultats concrets qu’au cours des quatre dernières années. »

Elle poursuit : « Je ne peux pas dire la même chose des deux autres candidats à la mairie, car je n’ai pas travaillé avec eux. C’est un gage de confiance pour les électeurs que le maire Fecteau et, du même coup, M. Bachand, aient décidé de ne pas présenter de candidat contre moi ».

« Peu importe qui sera à la mairie suite aux élections, je prône la continuité. Je n’ai pas besoin d’influencer le vote dans un sens ou dans l’autre. Je fais équipe avec mes citoyens et je vais respecter leur choix le 5 novembre. J’aimerais que ça soit clair. Merci! »

Interprétation erronée

Rejointe par téléphone, Mme Dufresne se demande comment ses propos ont pu être  interprétés de manière à indiquer qu’elle appuyait Michel Fecteau dans sa campagne. « Il n’a jamais été question de ça. Si le journaliste a eu cette perception, il aurait dû confirmer avec moi au lieu de me prêter des intentions qui n’ont jamais été là », souligne-t-elle.

On se rappellera qu’en juin 2016, la conseillère Dufresne avait effectué une sortie publique pour se dissocier du maire Fecteau.

Elle avait alors aussi évoqué de nombreux problèmes existant au sein du conseil municipal, dont la réception de « courriels intimidants d’élus » visant à « convaincre la majorité du conseil » de l’isoler, de « créer une pression » pour la « faire taire en public » et de la « débarquer » des comités.

Facebook Comments

Post a comment