« Le meilleur reste à venir » – Michel Fecteau, maire de Saint-Jean-sur-Richelieu

Michel Fecteau, maire sortant de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Michel Fecteau sollicite un second mandat à titre de maire de St-Jean-sur-Richelieu. Ce dernier mise sur ses réalisations pour convaincre les électeurs de lui permettre de poursuivre le développement et la gestion de la Ville.

Si vous êtes réélu maire en novembre prochain, quelle sera votre première priorité?

De poursuivre dans la saine gestion des finances publiques. Une situation qui nous permet d’initier nos projets et de poursuivre dans la bonne direction. Mon administration a vu quatre budgets municipaux être approuvés unanimement même en situation de conseil multipartis.

En quoi votre expérience peut-elle faire la différence pour les Johannais? On dit souvent que le premier mandat permet de comprendre la machine et que le second est celui des réalisations. Vos impressions à ce sujet…

Votre question est très pertinente. En 2013, si je m’étais présenté à la mairie sans mon expérience en tant qu’entrepreneur, cela aurait été très difficile. La première année en a été une d’apprentissage, mais les autres ont permis des réalisations. Le second mandat est celui des livrables. Donc, tout ce qui a été développé sera livré à la population, ce qui inclut autant les projets d’infrastructures que de développement économique. Nous avons réussi à amener des changements à l’appareil municipal, changements qui feront la différence.   

Vous faites allusion à la récente fusion de deux entités liées au développement économique?

Entre autres. Mais je pense aussi à notre slogan de campagne de 2013, Attitude, respect et intégrité, qui ont aussi amené une autre façon de faire.

ST-JEAN ET LE DÉVELOPPEMENT

Plus précisément, comment voyez-vous le développement de St-Jean-sur-Richelieu dans le cadre d’un second mandat?

Première chose, il faut travailler de concert avec les partenaires. La mise en place de notre guichet unique à l’attention des entrepreneurs et des investisseurs est une preuve de notre volonté de développement économique facilité. Conseil économique, Chambre de commerce, Centre d’aide aux entreprises, Office du tourisme, Service d’urbanisme, Service de développement économique de la Ville : tout le monde travaillera désormais ensemble. Notre service de guichet unique permettra aux entrepreneurs d’obtenir toutes les réponses à leurs questions en un seul lieu, en un seul moment. Nous avons présentement des projets d’envergure sur notre table de travail. On se rappellera qu’en 2016, 616 nouveaux emplois manufacturiers ont été créés et près de 100 M$ investis. Ce n’est pas rien. Pour 2017, nous en sommes présentement à 300 nouveaux emplois et 50 M$ en investissements.

Il y a quelques mois, le chef de la CAQ, François Legault, est venu scander que St-Jean-sur-Richelieu ne recevait pas sa juste part d’investissements des grands fonds, tels que Investissement-Québec. Mais, ces fonds investissent selon des politiques établies, notamment en matière de grappes industrielles et de secteurs à fort potentiel, qui sont peut-être présents ou naissants ici, mais pas assez significatifs. Croyez-vous que St-Jean soit un terreau fertile pour ce type d’investissement?

Oui. St-Jean-sur-Richelieu a des créneaux bien identifiés permettant à ces fonds d’investir : agroalimentaire, sécurité et défense, transport et mobilité, électrification des véhicules. Mais Investissement-Québec ne peut investir dans tout. Il faut aussi capitaliser sur d’autres valeurs, notamment la présence du député Jean Rioux, Secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale; l’École de leadership et de recrues des forces armées canadiennes; et la réouverture du Collège militaire royal, qui offre des formations académiques. S’il n’y a pas eu assez d’investissements de ces fonds au fil des ans, peut-être est-ce parce qu’il n’y avait pas de plan d’action. C’est une observation, et non une critique.

AIDER DE MANIÈRE ÉQUITABLE

À St-Jean-sur-Richelieu, le dossier patate chaude que les élus se passent depuis longtemps est celui du stationnement au centre-ville. Votre opinion à ce sujet…

Le dossier stationnement fait partie du dossier Sécurité routière, pour lequel j’ai récemment annoncé la tenue d’une consultation publique, qui inclura les recommandations du Service de police de St-Jean-sur-Richelieu. Vitesse, signalisation, reconfiguration de certaines rues, stationnement et sécurité dans le Vieux-St-Jean sont au programme. Nous sommes à l’ère des vignettes, des stationnements souterrains et à étages. Des solutions seront proposées au cours du prochain mandat. Je dois toutefois souligner que le stationnement adjacent au Le Nautique, actuellement gratuit pendant la période des travaux, n’a pas reçu un très bon accueil, et ce même à deux dollars pour quatre heures et même situé à cinq minutes de marche. Pourtant, j’entends parler des Johannais qui vont magasiner au centre-ville de Montréal ou au Quartier Dix30, et qui ne trouvent jamais de stationnement à moins de cinq minutes de marche… De la même manière, lors des grands événements tenus à St-Jean, que ce soit Classica ou La Boom gourmande, je n’ai reçu aucun commentaire concernant le stationnement…

D’autres secteurs demandent
de l’aide?

Il faut aussi garder en tête qu’à terme, la revitalisation du centre-ville coûtera 80 M$. Il existe aussi d’autres axes commerciaux qui ont besoin d’aide, notamment le Vieux Iberville, Omer-Marcil, boulevard du Séminaire, boulevard St-Luc et, sous peu, Conrad-Gosselin. Il existe 12 districts à St-Jean-sur-Richelieu. Un maire doit prendre des décisions équitables et être toujours en mesure de justifier chaque dollar investi.

En septembre dernier, un de vos concurrents, Claude Bachand, a dévoilé une étude de Statistique Canada témoignant de la précarité économique de la population johannaise. Vos commentaires?

La réponse reçue lui a certainement fait regretter de l’avoir posée. St-Jean-sur-Richelieu n’est pas une ville d’assistés sociaux. Pour faire un vrai calcul, il faut prendre en compte tous les facteurs : loyer, taux de taxation, coût du transport, salaire, etc. Les emplois récemment créés sont bien rémunérés, tout comme ceux qui seront disponibles sous peu.

Facebook Comments

Post a comment