Ma nouvelle cuisinière

Dans le monde dans lequel on évolue, tout change trop rapidement et les produits de consommation ont un cycle de vie très court.
Aussitôt sortis sur le marché que déjà un produit amélioré viendra les rendre « vieux jeu ». Les manufacturiers misent sur la mode et les avancées technologiques. Ils mettent sans cesse au point de nouvelles versions plus performantes pour inciter la clientèle à acheter le dernier cri.

«Ne te crispe pas sur une illusion de stabilité et de sécurité. Accepte le changement et l’incertitude. Alors ton cœur sera toujours en paix.»

Anonyme

Récemment, j’ai changé ma cuisinière électrique et quand j’ai suis allée magasiner pour un nouveau four, je fus surprise de constater que ce n’est plus une chose aussi facile comme dans le passé. Les électroménagers ont bien changé et évolué parfois un peu trop. Étant une personne qui aime bien cuisiner pour ses enfants et petits-enfants, je me suis dit que c’est le temps d’un four au gaz naturel.

Cependant, après m’être informé à la compagnie de gaz, le coût de plus que 4000 $ m’a fait changer d’idée. Alors, je choisis un four qui a un tableau électronique de fonctionnement qui ressemble à celui dans une cabine de pilote. Le vendeur m’a vanté la qualité du produit et je fus contente de mon choix.

La première fois que je voulais essayer le four, après que l’électricien soit parti, (car il fallait mettre une couche protectrice sur la surface vitrée de la table à cuisson avant de l’utiliser.) rien ne fonctionnait ! Quelle frustration ! Je « pitonnais » sur les commandes, mais on me disait : «Votre four est en mode Sabbat ou votre table de cuisson est verrouillée». Que faire ?

Après plusieurs essais, pas de résultat ! En plus, le technicien pour la marque de mon four ne s’est même pas manifesté ou téléphoné et pourtant, c’est une compagnie de Saint -Jean. Après 4 jours sans cuisson, je rêvais des vieux fours si simples à opérer et je me trouvais dépassée par toute cette nouvelle technologie si compliquée. Je retourne au magasin, décidée à trouver un vieux modèle simple. Les vendeurs étaient bien courtois, mais j’ai réalisé que ces fours-là n’existent plus. Enfin, j’ai choisi un modèle qui a une plaque de fonctionnement assez simple et une marque différente, ne voulant plus avoir affaire avec le technicien de l’autre marque. Le four fut livré et quand je l’ai allumé avec les commandes faciles, pas de feu ni de chaleur.

Là, j’étais vraiment découragée. Avant d’appeler le magasin, j’ai téléphoné directement au bureau de service de la compagnie et  la personne m’a demandé de fermer le « braker » pour qu’elle puisse accéder à mon appareil. Wow ! Cela m’a impressionnée. Après, elle m’a assurée que le technicien sera là le lendemain. Ce qui fut. Après un ajustement électrique, tout est fonctionnel ! Merci Bon Dieu ! J’ai appris assez vite comment le faire fonctionner et je le trouve plus efficace que les modèles anciens.

Je voulais partager cela avec vous pour souligner que la technologie évolue un peu trop vite et parfois, ça nous prend du temps pour s’ajuster à des nouvelles techniques. Au début des guichets automatiques je fus vraiment catégorique : que non, ce n’est pas pour moi ! Aujourd’hui, c’est une autre histoire. Je trouve ce mode de paiement assez pratique. Et le téléphone cellulaire…oh je disais « Jamais pour moi ! ». Pourtant, je me suis habituée assez vite !

Le changement n’est pas toujours facile, surtout si on se trouve bien dans nos vieilles habitudes. Cependant, quand on apprivoise ces nouvelles technologies et que nous prenons le temps de les comprendre, nous récoltons des façons nouvelles qui vont nous faciliter la vie et la rendre plus agréable. Je souhaite une longue vie à ma nouvelle cuisinière et des repas délicieux pour ma famille.

Facebook Comments

Post a comment