Les voisins

Le printemps venu, je ramasse ma bicyclette et je pars en promenade. J’aime regarder les employés de la Ville qui s’affairent à planter des fleurs. Comme s’ils avaient pour mission de redonner vie et beauté à nos quartiers abîmés par l’hiver et ses tempêtes.

Parlant de vie… Avez-vous remarqué que le printemps ressemble à une pièce de théâtre d’été ? Tout le monde frotte, lave, peinture… On jacasse, placote, rit, crie… On s’envoie la main. Après tout, on a une saison complète à se raconter. Car durant le temps froid, les buttes de neige empêchent une bonne communication. Mieux vaut se parler à travers les haies de cèdres.

Assise sur mon vélo, le rythme de ma randonnée est freiné par des enfants qui jouent à la tague, des ados qui trainent dans les rues, des petits animaux qui marchent avec leur maître.

Dehors, les terrains sont encombrés d’escabeaux, d’outils, de boyau d’arrosage, de sac de vidanges… On lave les carreaux, les autos. On refait la toiture mangée par la glace, balaie le garage et peinture la galerie. Puis, on plante des fleurs de toutes les couleurs. Les plus courageux osent même porter leurs vêtements d’été, trop tannés des habits de laine.

Au moment où vous lisez ces lignes, je n’habite pas le Québec. Je suis assise ailleurs, dans un climat tropical. Je ne suis pas à plaindre. Mais je manque un de mes moments favoris de l’année.

Faites-moi plaisir, mangez votre premier cornet de crème glacée à ma santé.

Facebook Comments

Post a comment