Le coucou dans la mine

Jadis, avant de descendre dans la mine de charbon, les travailleurs y envoyaient des canaris. S’ils cessaient de chanter, il y avait fuite de méthane, danger d’explosion; évacuation.

L’expression est restée pour qualifier le premier indice d’une catastrophe.

Qui sait si un coucou aurait suffi à mettre en garde les joueurs de soccer (les Sangliers sauvages) coincés avec leur entraîneur, dans la grotte de Thuam Lang…

Piégés par la montée des eaux

Il a fallu deux longues semaines et la mort d’un plongeur d’élite – pour réussir leur évacuation ; le monde entier a suivi l’événement.

La vedette de l’équipe de France (soccer) a dédié sa finale contre la Belgique aux jeunes rescapés :’Cette victoire va aux héros du jour; bravo les gars, vous êtes tellement forts’’.

L’attitude des familles et des médias

Impressionnante ! Infiniment respectueuse ! Je n’ose même pas imaginer les grands titres américains ou même les nôtres, si une situation semblable s’était produite chez-nous. Sans compter les tonnes de textos qui nous auraient envahis, approuvant, blâmant, critiquant etc.

…et l’entraineur, les secouristes et les enfants eux-mêmes ?

Malgré l’angoisse évidente qui devait être la leur, ils ont conservé l’exquise et délicate politesse thaï. Dès qu’il a pu, l’entraîneur s’est excusé aux parents; les enfants – certes affamés et assoiffés – leur ont écrit et on n’a pas senti de panique. Fort impressionnant.

Les hôpitaux les ont traités avec l’efficacité et la discrétion dont ils avaient besoin.

Et depuis, il y a eu de très belles cérémonies dans le calme, pour prier pour le plongeur qui y a laissé sa vie, et remercier le ciel et les sauveteurs.

On parie sur cette équipe ?

Facebook Comments

Post a comment