Le côté «soft» du rock

Lorsque le rock and roll a connu ses premiers balbutiements, celui-ci était reconnu pour son côté rebelle et revendicateur. Ainsi, Elvis fût considéré grossier avec ses déhanchements (c’était au milieu des années cinquante, je vous rappelle), les Beatles trop étranges (surtout lorsqu’ils ont commencé à expérimenter à l’époque Revolver) ou encore, les Rolling Stones qui étaient vus comme étant des hors-la-loi, avec les scandales qui faisaient les manchettes plus souvent que leur musique…

Néanmoins, au début des années 70, il y a eu la création de différents sons qui ont été considérés tout de même rock. Par exemple, il y a eu le rock progressif, le « hard » rock, pop rock, pour ne nommer que ceux-là. Il y a eu aussi un style que je classerais de « passe-partout », soit le soft rock. Deux artistes que je considère les plus notoires dans cette catégorie : Elton John et Billy Joel.

Elton John, originaire d’Angleterre, connait ses premiers succès dès le début des années soixante-dix avec classiques tels « Your Song », « Rocket Man », « Tiny Dancer », « Daniel », « Candle in the Wind », « Benny and the Jets » et ma préférée, « Levon ». Outre ses œuvres musicales, Elton John a, dès le début de sa carrière, une prestance scénique qui retient l’attention due à ses accoutrements qui ne laissent personne indifférent. Il arrive à passer au travers les modes de chaque décennie jusqu’à nos jours.

Un exploit que bien peu d’artistes ont pu réaliser, étant donné les modes musicales qui changent au fil des ans. Aujourd’hui, Sir Elton continue de se produire avec la même intensité qu’à ses débuts.

Billy Joel, pour sa part, vient du quartier Bronx, de la ville de New York. Optant pour des tenues beaucoup simples de tous les jours, Billy Joel possède toutefois un style tout aussi fougueux qui se transmet par l’entremise de ses compositions. On lui doit « New York State of Mind », « Just the way you are », « Honesty », « Moving out », « Big shot » et possiblement ma chanson préférée de tous les temps, toutes catégories confondues, « Piano Man ». Tout comme Elton John, Billy Joel réussi à maintenir sa popularité auprès de ses fans. En ce qui concerne la production de nouvelles chansons, le « Piano Man » préfère se concentrer sur ses classiques qui n’ont pas pris une seule ride.

Elton John et Billy Joel. Deux artistes différents, certes, mais qui, selon moi, se rejoignent. On pourrait parler ici d’opposés identiques. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que les deux géants de la pop ont fait plusieurs tournées ensemble. Leurs styles respectifs se complètent parfaitement. On parle ici de grands musiciens auteurs-compositeurs de grand talent qui ont tellement apporté au monde de la musique. Si vous n’y êtes pas encore familiers, je vous invite à faire comme moi, soit d’ouvrir votre esprit musical. Vous me remercierez de vous avoir convaincu !

Facebook Comments

Post a comment