« Le conseil municipal de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu s’attaque au droit de parole des citoyens » – Alain Laplante

À la suite des événements s’étant déroulés lors de la plus récente séance du conseil municipal, soit celle ayant vu le groupe des 9 présenter une abolition de la première période de question, le maire Alain Laplante, maire de Saint-Jean-sur-Richelieu, a écrit la lettre ouverte suivante, que nous reproduisons ici dans son intégralité.

« Lors de la séance du 6 août 2018, les conseillers qui s’opposent à ma gouvernance ont entrepris l’adoption d’un nouveau règlement de régie interne régissant, entre autres, la période de questions réservée aux citoyens. Ainsi, le conseil municipal de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu s’attaque maintenant au droit de parole des citoyens.

Après avoir congédié pour des raisons partisanes monsieur Guy Grenier, mon chef de cabinet, après avoir contesté les pouvoirs de surveillance et de contrôle du maire ainsi que les pouvoirs du conseil exécutif, le groupe des 9 a lancé une nouvelle offensive, cette fois-ci, contre les citoyens.

Le projet de règlement 1699 a pour objectif de limiter le nombre de séances du conseil à une par mois au lieu de deux, limitant par le fait même le nombre de périodes de questions. Le projet de règlement a également pour objectif de limiter le nombre de périodes de questions à une par séance au lieu de deux. Les citoyens auront donc accès à une période de questions par mois au lieu de quatre. De plus, le projet de règlement vise à limiter l’unique période de questions à 30 minutes, limitant de façon drastique le nombre de personnes qui auront la possibilité de venir s’exprimer.

Avec ce nouveau règlement de régie interne, les citoyens n’auront plus le droit de critiquer les membres du conseil, d’exprimer des commentaires et de soumettre des suggestions aux élus. De plus, les citoyens devront garder le silence et assister aux séances sans bruit. Ceci est une attaque directe à la démocratie et à la liberté d’expression.

Sans avertissement, toute contravention à une disposition du nouveau règlement de régie interne sera passible d’une amende de 100 $ pour une première infraction et de 200 $ pour toute récidive. Le Service de police, sous l’autorité de la direction générale, constituera l’autorité qui décidera des contraventions.

Depuis la dernière élection, ce groupe d’élus hyper-partisan agit dans le seul but de bloquer mes initiatives. Cette attitude est d’ailleurs régulièrement décriée par de nombreux citoyens qui assistent aux travaux du conseil et partout dans la ville.

Peu importe le mécontentement populaire, ces élus s’attaquent maintenant aux citoyens et tentent de les réduire au silence. Ils veulent éviter le plus possible d’avoir à faire face aux questions des citoyens et sont prêts à tout pour les faire taire.

Que reste-t-il à faire pour des élus qui ont perdu tout support de la population? Abandonner toute notion de décence démocratique et retirer à la population ses possibilités de s’exprimer. »

Alain Laplante

Maire de Saint-Jean-sur-Richelieu

N.B. : Pour rappel, plusieurs citoyens ont quitté la salle du conseil après avoir pris connaissance des intentions du groupe des 9 de réduite et de limiter les interventions citoyennes. Pour voir la vidéo de leur départ, cliquez ici.

 

Facebook Comments

Post a comment