La résurrection (et la fin) de Motley Crue

C’est bien connu ; la cohésion d’un groupe est aussi fragile que du verre. D’ailleurs, j’en avais déjà fait une chronique à ce sujet il y a quelque temps. La raison de cette fragilité est qu’une formation musicale est comme un mariage. Très souvent, il est difficile de faire fonctionner 2 personnes ensemble, imaginez trois, quatre ou cinq personnes. La porte est ouverte pour de multiples querelles sans fin…

Motley Crue ne fait pas exception à la règle. Alors que le groupe vient de signer à nouveau un contrat de disques en 1991, voilà qu’en février 1992, Vince Neil est viré du groupe pour un manque d’intérêt de sa part, selon les autres membres du groupe. Comme remplacer un chanteur n’est pas une mince affaire, Motley se tourne vers un musicien très peu connu, mais plutôt talentueux, soit John Corabi. L’album, qui sortira en mars 1994 connaîtra un échec commercial complet. En 1997, Vince Neil est ramené au bercail par la compagnie de disques, au grand dam des autres membres du Crue. En 1999, la tension entre Vince Neil et Tommy Lee est tellement grande qu’une bagarre à un aéroport forcera Lee à quitter le groupe. Motley recrutera par la suite le batteur Randy Castillo mais en 2001, le groupe prendra une pause, devant un avenir plutôt incertain.

Mais voilà qu’en automne 2004, une tentative pour faire renaître le groupe de ses cendres est effectuée par les gérants du groupe, qui y voient alors une opportunité de remettre le groupe « sur la mappe ». Mais le tout ne se fait pas sans embûches ; la relation toujours aussi tendue entre Tommy Lee et Vince Neil et aussi, Mick Mars qui souffre d’une maladie dégénérative des os viendra mettre une ombre au tableau.

Alors que Mick Mars subira une opération à la hanche afin d’assurer la reformation, c’est Tommy Lee qui se fera prier, ayant trop de projets simultanés. Mais contre toute attente, lui et Vince Neil feront une trêve et la reformation du groupe original se fera au grand complet, pour le plaisir de fans. Une fois de plus, Motley Crue reprendra sa place qui lui reviendra de droit dans le monde du rock.

Le fait que le tout ait pu se préparer en moins de six mois tient du miracle. Après tout, la compagnie de gérance avait approché les promoteurs bien à l’avance et surtout, bien avant que les quatre membres aient donné leur accord. Qu’on le veuille ou non, le monde de la musique n’est pas qu’une affaire de gloire et de fête, les côtés affaires et personnel sont les facteurs clé d’une réussite ou d’un échec.

Aujourd’hui, Motley Crue a tiré sa révérence, choisissant de quitter en pleine gloire…Pour ma part, bien qu’ils me manqueront, je crois qu’ils ont choisi la bonne voie, plutôt que de rester trop longtemps et ainsi, ternir leur héritage musical.

Facebook Comments

Post a comment