Dans quel monde vivons-nous?

Ailleurs, dans le vaste monde, c’est à pleurer. Des populations complètes sont déplacées et subissent des horreurs qui ressemblent davantage à des massacres qu’à des guerres. Ces génocides (puisqu’il faut les appeler ainsi) sont presque ignorés ; comment est-ce possible ?  À ce jour, nous sommes (encore) à l’abri des horreurs de la guerre. Choyés. Comme disait la mère de Napoléon « pourvu que ça dure ! » (Au fait, l’exposition du Musée des Beaux-Arts est superbe).

Pourtant ici, les églises se vident. Des petites et même de grandes et belles églises ou autres temples ferment leurs portes. Ils sont pourtant les lieux les plus propices à la réflexion et certes à la prière. Quand plusieurs personnes se réunissent, soit pour se recueillir ou se réjouir, le message est plus fort. N’est-ce pas généralement le but des rassemblements ? Pourquoi attendre d’être nous-mêmes frappés ?

Entendre les nouvelles internationales donne aussi envie d’aller au bord de la rivière, communiquer avec la nature, observer son réveil en soubresauts et écouter les braves petits oiseaux dans le froid qui n’en fait qu’à sa tête.

Et si on parlait plutôt des ponts ?

Les travaux du futur pont vont bon train au nez et à la barbe de notre vieux pont bien-aimé. Imperturbable comme un vieux soldat, le bien-aimé vieux pont Gouin continue de faire son travail très correctement. Il rend service aussi longtemps qu’on lui permettra de le faire.

Les rues environnantes se font belles, au prix de quelques travaux essentiels qu’il est logique de faire à mesure de l’évolution des travaux. Jusqu’ici, ils ont été faits de façon très respectueuse de l’environnement et des besoins des riverains. Évidemment, on n’a rien sans rien et il aurait été impossible de faire tout ce travail sans que de part et d’autre de la rivière, personne (surtout les gens d’affaires) ne souffrent pas  du dérangement. On ne construit pas un pont sans que ça se remarque. Chapeau aux concepteurs et aux surveillants de chantier !

Facebook Comments

Post a comment