Cannabis : pas de marché à Saint-Jean?

L’entrée en vigueur de la légalisation du cannabis au Canada est prévue au courant de l’été 2018, ce qui soulève plusieurs interrogations. Le Courrier a décidé de sonder l’opinion de gens d’affaires de Saint-Jean afin d’obtenir un certain portrait de la situation.

Comme on le sait, en avril dernier, la Société québécoise du cannabis (SQC) a déclaré publiquement ne pas écarter l’idée d’ouvrir des magasins de vente de cannabis dans les centres commerciaux. En fait, la filiale de la SAQ prévoit ouvrir 20 magasins dédiés en sol québécois dès le jour de la légalisation officielle.

Interrogé quant à la possibilité de voir Saint-Jean accueillir l’une de ces boutiques, Jean Dénommé, directeur du marketing pour le Carrefour Laplante, a eu ces quelques mots : « À ce jour, personne ne s’est manifesté à ce sujet. Et si quelqu’un devait le faire, cette possibilité devrait être étudiée de long en large. Notre clientèle principale est celle des familles et des gens du 3e âge, donc, pas vraiment la clientèle cible ».

De plus, comme le rappelle M. Dénommé, il y a plusieurs années, le Carrefour a déployé une stratégie pour éloigner les jeunes flâneurs et membres de gang. « On ne voudrait pas revoir cette clientèle au Carrefour », mentionne ce dernier.

Et l’esprit entrepreneurial?

Selon Stéphane Legrand, directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie du Haut-Richelieu, la possibilité entrepreneuriale offerte par la légalisation du cannabis n’aurait pas, à ce jour, suscité de vocation à Saint-Jean-sur-Richelieu. « Je n’ai pas entendu quoi que ce soit au sujet de gens qui voudraient ouvrir une boutique ou prendre pignon sur rue à Saint-Jean-sur-Richelieu pour vendre du cannabis, confirme M. Legrand. Toutefois, j’ai entendu que certains détaillants ont été approchés par certains distributeurs afin de leur proposer de hausser et d’élargir les produits dérivés du cannabis sur leurs tablettes ».

Si un entrepreneur décidait d’ouvrir boutique, ce dernier serait certainement accueilli au sein de l’organisation, qui vise au réseautage et au rayonnement de ses membres, précise M. Legrand.

Facebook Comments

Post a comment